Nouveauté librairie : Le chat Créole de Guy BUREL

0

Tombés sous le charme des félins ? vous allez adorer ce livre ! Je suis née avenue de l’Impératrice-Joséphine, aux Trois-Îlets en Martinique. Au début de ma vie, j’ai connu l’enfer, mais j’ai bravé mes craintes pour avancer dans la vie – oui mais à quatre pattes, car je suis un petit chat.

Une rencontre incroyable va changer le cours de mon existence, d’où va naître un riche amour réciproque.

Ramenée à Paris par mes deux sauveteurs, je m’installe dans leur appartement et cohabite harmonieusement avec Thésis, le premier chat de la maison.

Je sais comprendre les hommes et me faire comprendre d’eux, grâce à mes miaulements et mimiques. Je sais aussi appréhender les questions complexes et commenter les événements importants: la politique, les faits de société, le sport, mais aussi la vie de la famille. Chaque fois, je donne mon avis et j’échange avec les hommes.

À travers mon histoire et les bonheurs et malheurs de ma famille, j’exprime une philosophie: il faut se battre pour repartir après chaque choc de la vie. Il est également indispensable de donner pour recevoir: on ne peut pas être aimé si l’on n’aime pas soi-même, on ne peut être heureux qu’avec les autres.

Livre écrit avec la collaboration de Julie Trevily.

Extrait

Chapitre 1

Pour être honnête, je n’ai guère de souvenirs des premiers jours de mon existence; pourtant ils auront un impact très net sur le reste de ma vie. Ils ont conditionné ma volonté de vivre, et plus encore, de pro ter de chaque instant qui m’était donné. C’est probablement l’apanage de ceux qui ont connu des débuts dif ciles, cette capacité à apprécier les petits plaisirs ou les grands bonheurs pour ce qu’ils sont. J’ai croisé de nombreuses créatures terrestres, incapables de s’extraire du regret, du désir, de la jalousie, causant en ce bas monde bien des malheurs, sans pour autant réussir à atteindre la joie, ce qui rend d’autant plus inutiles leurs actes néga- tifs. Pourquoi s’enraciner dans le négatif lorsqu’on sait qu’on n’en retire rien? Mais d’ailleurs, plus largement, cette interrogation conduit à d’autres questionnements: à quoi sert-on ici-bas ? Existe-t-il un grand dessein qui nous est caché ?
Vaste question.

Une chose m’apparaît clairement en tout cas : nos actes ont des conséquences, tout comme nos pensées et notre aptitude à nous ouvrir aux autres créatures; l’amour et le respect peuvent changer la face d’une existence en un claquement de doigts. Seul le partage et la réciprocité en font un état qui dure dans le temps. Celui qui accepte la vie telle qu’elle est, de lutter quand il est temps et d’abandonner une partie pour gagner la guerre ailleurs peut trouver une certaine paix et apprécier son existence. Ma vie entière s’est appuyée sur cette idée de fraternité, de connivence et de réciprocité. J’ai pu pro ter de tout ce qui m’était offert, voyant autour de moi désolation et bêtise causer la perte et la douleur, alors qu’il est si simple d’être heureux. J’ai, tant que je l’ai pu, essayé de transmettre cet amour et ce partage autour de moi. Certes, cela ne suf t pas, on n’est jamais à l’abri de la maladie, d’un accident ou de tout autre aléa, mais c’est une philosophie que j’ai apprise très tôt. Le hasard constitue davantage pour moi une réalité que l’idée d’un grand dessein. Finalement ne serait-ce pas plutôt la capacité à s’adapter à son environnement qui ferait de nous des créatures victorieuses des aléas ? J’en reste persuadée au vu de mon existence passée, mais celle-ci est une autre histoire.

Acheter en ligne

Disponible en e-book ou version papier.

Ecrire un commentaire
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *