Comment nourrir ses poissons d’eau douce ?

Les poissons tropicaux sont nourris une ou deux fois par jour, selon le rythme adopté par leur propriétaire. Dans tous les cas, il est important de donner de très petites quantités, qui seront encore divisées par deux, si l’on donne deux repas quotidiens. Cela est d’autant plus vrai avec les nourritures sèches (granulés ou paillettes). En effet, dans un aliment naturel, il y a surtout de l’eau (plus de 85%). Lorsqu’on donne 1g de nourriture sèche, cela revient à distribuer presque 10g de viande ! Si les rations sont trop copieuses, cela engendre une pollution de l’eau, même si la nourriture est absorbée entièrement. L’organisme prélève ce qu’il lui est nécessaire et les excréments seront donc plus abondants et « riches » dans l’aquarium.

Nourriture sèche pour poissons

Les nourritures sèches sont composées de viandes, poissons, crustacés et céréales en proportions équilibrées. Certains de ces mélanges sont accompagnés d’épinards et autres éléments végétaux pour les nombreuses espèces partiellement herbivores. Toutes contiennent une juste proportion de protides, glucides et lipides, sans oublier les vitamines et oligo-éléments. Ces aliments sont desséchés par congélation puis sublimation sous vide afin de garder le maximum de propriétés nutritives. Les aliments secs sont la base de l’alimentation de la plupart des poissons.

Ils se présentent sous forme de paillettes friables ou de granulés calibrés suivant la taille des poissons. Les versions poudre sont à réserver aux alevins. Quant aux aliments sous forme de tablettes, elles tombent sur le fond et conviennent donc aux poissons nettoyeurs.

À côté de ces excellentes nourritures composées, on trouve dans le commerce des boîtes de daphnies séchées. Elles ont une valeur nutritive dérisoire, étant surtout constituées de la chitine formant la carapace de ces petits crustacés. Elles ne conviennent pas aux besoins des poissons tropicaux et doivent être à la rigueur distribuées uniquement aux poissons rouges et japonais dont l’intestin est long et sinueux. Seuls ces gros mangeurs qui souffrent facilement de constipation peuvent tirer profit d’un complément alimentaire laxatif de daphnies séchées.

On trouve dans le commerce aquariophile un grand choix de boîtes d’aliments séchés en paillettes ou granulés dont la composition et la taille ont été calculées par des nutritionnistes pour convenir à la plupart des poissons d’aquarium. Consultez bien les notices sur l’emballage qui donnent les indications sur les espèces de poissons pour lesquelles elles sont conçues.

Notre sélection
Aliment Complet en granulés pour Poissons tropicaux - 250ml

Aliment Complet en granulés pour Poissons tropicaux - 250ml

Les granulés ramollissent rapidement et coulent lentement, ce qui les rend idéaux pour les poissons se nourrissant dans les eaux médianes de l'aquarium.

7,99€
Notre sélection
TetraMin Flakes 1 L

TetraMin Flakes 1 L

Formule associant sept types de flocons composés de plus de 40 matières premières de haute qualité.

9,99€

Nourriture congelée pour poissons

Bien que la nourriture surgelée pour poissons ne conserve pas la vie, et par conséquent le mouvement, la congélation représente la solution pratique idéale au problème alimentaire. Elle permet de conserver les aliments dans un état de fraîcheur qui leur garde la saveur de l’aliment frais. Ces surgelés conviennent à la grande majorité des poissons, à l’exception de ceux qui ne s’emparent d’une proie que si elle bouge. Pour leur emploi, l’amateur peut :

  • soit acheter chez son commerçant en aquariophilie des aliments congelés du type de ceux évoqués ci-dessous au ttitre de proies vivantes (notamment des vers de vase et des artémias) et les conserver dans son congélateur, ou moins longtemps dans le freezer du réfrigérateur.
  • Soit assurer lui-même la congélation de proies achetées vivantes

Décongelez les formules surgelées avant la distribution et éliminez le « jus », très polluant.

Nourriture fraîche pour poissons

Malgré les éminentes qualités des aliments industriels et des surgelés, il est préférable de distribuer de temps en temps des aliments frais. Ceux-ci peuvent consister en un peu de foie ou de coeur de boeuf cru et râpé, en fragments de chair de poisson maigre ou, en quelques oeufs de poissons (toujours crus), enfin en chair de moule.

Ce dernier mets est très apprécié par toutes les espèces de poissons. Voici comment le préparer. Faire ouvrir les moules par une courte cuisson. Prélever le manteau (la partie charnue jaune qui entoure le corps de la moule). Pour les poissons d’une taille supérieure à 4cml, il suffit de fractionner à la main. Pour les petites espèces, il est nécessaire de le hacher finement. Les gros poissons peuvent consommer les moules entières qu’ils auront plaisir à gober.

Attention avec les proies vivantes, il est indispensable de s’assurer de la fraîcheur du produit : sa durée de vie est de 48 heures. Au-delà, on ouvre la porte à l’introduction de parasites.

Pour les espèces de poissons délicates, la nourriture vivante est aussi très appréciée et s’avère indispensable pour quelques unes d’entre elles. Une ou deux distributions par semaine constitue un bon rythme et, les jours en question, l’aliment sec n’est pas proposé : les deux solutions ne s’ajoutent pas !

Les daphnies

Les daphnies ou puces d’eau sont des petits crustacés d’eau douce qui mesurent de 1 à 4mm suivant les espèces. Elles sont très appréciées des poissons. Les daphnies pullulent à la belle saison et parfois pendant les hivers doux (en plus faible abondance) dans les mares riches en matières organiques favorables au développement du phytoplancton. On les repère facilement dans l’eau car elles vivent en groupe formant un nuage sautillant de couleur rosâtre. Phytophages, les daphnies se nourrissent d’algues en suspension dans l’eau.

Les cyclops

Les cyclops sont des crustacés plus petits que les Daphnies avec lesquelles ils cohabitent souvent. Leur taille est de l’ordre du millimètre. Ils conviennent très bien à l’alimentation de petits poissons et des jeunes alevins, d’autant que leur carapace est plus fine que celle des daphnies. Ils contiennent à l’était frais environ 83% d’eau, 10% de protéines et 7% de lipides.

Les vers de vase (larves de chironomes)

Le ver de vase n’est en fait pas un ver mais la forme larvaire du Chironome plumeux, moustique non piqueur. On le trouve dans les sols vaseux des mares riches en matières organiques. On le reconnaît à sa couleur rouge vif due à la présence d’hémoglobine qui lui permet de vivre dans des eaux peu oxygénées. C’est un aliment apprécié de tous les poissons. Il faut cependant la réserver à ceux qui ont la gueule suffisamment grande pour l’avaler entier. Il ne doit jamais être fragmenté sous risque de pollution de l’eau par le jus qu’il libère.
Les vers de vase vivant souvent dans des zones très polluées, il est nécessaire de les laver soigneusement à l’eau courant dans une petite passoire avant de les donner aux poissons de l’aquarium. Les vers de vase sont saisonniers et disparaissent durant les mois d’avril, mais et juin, dès qu’il fait suffisamment chaud.

Nourriture pour poissons de fond

Il existe heureusement des formules qui leur son propres, majoritairement en comprimés. Il faut évidemment être raisonnable sur les doses. Pour les poissons vivant au fond de l’aquarium, compte tenu des petites quantités de nourriture distribuées, les autres occupants du bac ont souvent avalé le tout avant que l’aliment ne parvienne au fond. Il faut donc les nourrir en lestant avec une petite pierre, une feuille de laitie ou d’épinard pochée, voire une fine rondelle de concombre ou de courgette. Ces espèces étant principalement nocturnes, nourrissez-les le soir.

Nourriture pour poissons herbivores

Certaines espèces de poissons ont des régimes plutôt herbivores (guppy, platy, molly, épalzéo, gourami, ancistrus…), alors que d’autres montrent des tendances plus carnivores (scalaire, labéo, certains cichlidés…). Il convient d’en tenir compte, cela figure normalement sur les boîtes. Les poissons végétariens apprécieront un apport de verdure fraîche consistant en épinards ou en laitue tendres. On peut piquer une demi-feuille verte dans le sol, ce ce qui lui permet une récupération facile de ce qui n’est pas consommé.

Nourriture pour poissons insectivores

Les vers de farines sont les larves de l’insecte Tenebrion souvent présent dans les stockes de farine des boulangers. Ces larves mesurant environ 1cm de long sont très appréciées uniquement par les poissons insectivores de grande taille. Elles sont venues dans les magasins d’oisellerie et parfois les animaleries. Quelques amateurs de poissons en font l’élevage dans une grande boîte couverte garnie de farine et de son.

Nourriture pour alevins

De nombreux alevins atteignent déjà quelques millimètres au moment de la résorption de la vésicule vitelline, ce qui leur permet d’engloutir facilement de petites paillettes, petits vers, petits crustacés comme les daphnies ou les artémias. La reproduction de ces poissons est en général facile. En revanche, certains alevins (comme Characidae, Anabantidae, Rasora) sont minuscules à la naissance et doivent être alimentés durant une longue période avec des proies proportionnées et adaptées à leur taille comme les Infusoires, avant de passer aux microvers ou aux nauplies d’artémias. Sans recours à l’élevage de ces petites proies, la plupart des tentatives de reproduction de poissons en aquarium sont vouées à l’échec.

Les infusoires

L’élevage d’infusoires est absolument indispensable pour les aquariophiles qui font de la reproduction de petits poissons ovipares. Ce sont des organismes minuscules constitués d’une seule cellule. Ce sont les seules proies que les alevins de petite taille peuvent avaler dès la résorption de la vésicule vitelline.

Les paramécies

Les paramécies sont des infusoires ciliés de 0,2 à 0,3mm dont il existe une dizaine d’espèces. Elles se déplacent grâce aux mouvements coordonnés de leurs cils vibratiles qui recouvrent la surface de la cellule. Leur mobilité les rend très attractives. Elles abondent dans les eaux douces riches en matières organiques en décomposition et se nourrissent de bactéries ainsi que de minuscules algues. La reproduction se fait habituellement par scissiparité à raison de plusieurs divisions par jour.

Les artémias

Les artémias sont de petits crustacés qui vivent dans les lacs aux eaux saumâtres comme certaines lagunes séparées de la mer où la salinité est très forte. On en trouve en abondance dans les grands lacs salés californiens. Artemia Salina est présente en Europe dans certains marais salants, surtout en Camargue. L’artémia adulte ressemble à une petite crevette transparente de 1 à 1,5cm de long. Les artémias sont microphages et se nourrissent d’algues, de bactéries et de petits débris divers.

L’appétit des poissons

Plusieurs facteurs conditionnent l’appétit des poissons, notamment la température, qu’elle soit insuffisante ou excessive. Si le poisson a froid, il cesse de s’alimenter pour ensuite tomber malade ou sombrer dans l’engourdissement : sauf accident, ce la ne peut pas survenir dans un aquarium. En revanche, deux types d’incidents climatiques peuvent s’y produire. LE premier consiste simplement en une température supérieure aux exigences de l’espèces, le second est en relation avec les variations de pression atmosphérique qui incommodent encore plus les êtres évoluant dans l’eau que vivant dans l’air. Ces facteurs peuvent entraîner une baisse d’appétit temporaire chez un poisson.

Dans des conditions normales, l’appétit des poissons en aquarium est assez régulier et la question qui préoccupe est de savoir quelle quantité de nourriture il faut leur donner, sans tomber dans l’excès. D’une façon générale, leurs besoins correspondent à ceux des autres êtres vivants. Les alevins, pour grandir, doivent « baigner » dans la nourriture, presque à la limite du danger de pollution. Les poissons « adolescents » ou en instance de reproduction doivent être bien nourris avec des aliments de qualité et des compléments de proies vivantes. Les poissons adultes doivent moins manger car ils ne font pas de vieilles arêtes s’ils sont trop gavés.

Pour ces derniers, qui constituent la population habituelle d’un aquarium, il existe un principe et sa modalité d’application :

  • Le principe est qu’il vaut mieux nourrir trop peu que trop.
  • L’application consiste en ce que tout aliment soit consommé dans les deux minutes qui suivent sa distribution.

Si tout a été englouti en quelques secondes et que les poissons nagent en tous sens à la recherche de restes, il est normal d’effectuer une nouvelle distribution, immédiatement, ou mieux encore, un peu plus tard. Si, au contraire, les débris jonchent le sol ou que les particules flottent dédaignées en surface, c’est qu’il y a eu excès.

Photo: Gwen Collins/FlickR
0 commentaires
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *