Santé et habitat du hamster

Santé et maladies du hamster

Les hamsters bien soignés tombent très rarement malade. De nombreux maux sont provoqués ou favorisés par une nourriture avariée ou pas adaptée, et par le stress. C'est pourquoi vous devriez, dans la mesure du possible, leur éviter les inconvénients majeurs tels qu'un mauvais emplacement de la cage, des réveils fréquents, de trop longs déplacements ou la compagnie de congénères indésirables.

Mais, en dépit des meilleurs soins, certaines races de hamsters comme le hamster doré, selon leur couleur et les facteurs génétiques qui en découlent, sont plus sujets aux maladies que d'autres. Ces maladies héréditaires ont un lien avec les taches, et le symptôme en est une plus grande nervosité. Les hamsters nains, à condition de leur prodiguer les soins appropriés, n'ont pas une santé délicate.

Quoi qu'il en soit, il est toujours recommandé de consulter un vétérinaire ou un autre spécialiste, car les dangers sont grands de poser un diagnostic erroné ou de nuire à la santé des rongeurs par l'administration de médicaments destinés à l'homme. Beaucoup de propriétaires d'animaux répugnent à recourir au vétérinaire en raison de la dépense. C'est vrai que les frais médicaux dépassent sûrement le prix d'achat, ce qui est aussi le cas d'ailleurs de la ration mensuelle de nourriture. Mais qui aurait l'idée pour autant de laisser mourir de faim ses animaux ?

Détecter les maladies les plus fréquentes

Diarrhées

La diarrhée peut avoir des causes multiples. Le plus souvent, une infection d'origine bactérienne ou virale ne se déclare que si, parallèlement, le rongeur est déjà affaibli dans son corps à cause de mauvaises conditions de vie, dues par exemple à une alimentation non appropriée, une litière mal entretenue ou la présence de parasites.

Selles molles

En présence de selles molles et aqueuses, mais d'un comportement normal des hamsters, supprimez immédiatement les fruits et légumes. Donnez leur du thé léger ou de la camomille (non sucrée), du pain croquant et des flocons d'avoine. Si, malgré ces mesures, vous ne constatez aucune amélioration au bout de deux ou trois jours, c'est que l'infection est plus grave et qu'elle relève donc de soins vétérinaires.

Respiration bruyante

Une respiration bruyante, des éternuements répétés et des yeux légèrement collés sont des symptômes de refroidissement. Les causes possibles en sont l'humidité de la cage, des courants d'air et de brutales variations de la température. Eliminez les causes rapidement et placez la cage dans un endroit chaud (entre 23 et 25°C). Si les symptômes persistent plusieurs jours, consultez votre vétérinaire.

Morsures et blessures

Les morsures superficielles et autres blessures guérissent en général très vite et sans problème. Les hamsters accélèrent la guérison en léchant régulièrement leurs plaies. Les interventions de l'homme pour désinfecter et traiter les blessures n'apportent que très rarement une amélioration.

Chutes

Il peut arriver que, par manque de surveillance ou imprudence, le hamster fasse une chute d'une hauteur important. Malheureusement, les hamsters ne se réceptionnent pas toujours sur les pattes comme le font la plupart des rongeurs à longue queue. Et même s'ils ne sont pas blessés mortellement, ils peuvent passer pour morts : ils ont reçu un choc. Remettez le hamster dans sa cage que vous maintiendrez au chaud. Observez-le attentivement s'il ne souffre pas de blessures internes, il sera vite sur pied. Des mouvements anormaux peuvent toutefois être le signe de blessures internes ou de fractures. Même un vétérinaire n'y pourra malheureusement pas grand chose.

Boursouflures

Sur les différentes parties du corps du hamster peuvent se former des boursouflures, des tumeurs que l'on peut voir ou deviner au toucher. Si elles augmentent rapidement de volume, il peut s'agir d'un abcès purulent, qui, en général, s'ouvre et s'écoule de lui-même au bout de quelque temps. Les abcès sont dus le plus souvent à de petites blessures que le hamster n'a pas réussi à lécher. Traitez en badigeonnant avec de l'infusion de camomille ou de mauve.

Une tumeur qui grossit lentement signifie, surtout chez les rongeurs plus âgés, qu'elle est maligne, qu'il y a un cancer. C'est au vétérinaire de décider si une opération est envisageable. Epargnez à votre hamster des souffrances inutilement longues, et faites-le piquer, surtout s'il devient apathique.

Problèmes de dents

Les problèmes de dents sont dus essentiellement à une insuffisance d'usure des incisives, qui ne cessent de pousser. La cause en est peut-être une alimentation pas assez dure ou une déformation de la mâchoire. Il n'y a, hélas, rien à faire dans ce dernier cas, et le vétérinaire devra soit limer les dents régulièrement, soit piquer le hamster, car de trop longues incisives rendent très difficile, voire impossible la prise de nourriture.

De temps à autre, les incisives se brisent. Elles repoussent bien vite et si on donne au hamster suffisamment de mélanges riches en minéraux.

Acariens et parasites

Alors que de nombreux rongeurs sont connus pour transmettre les maladies et pour être porteurs de parasites, ceux qui sont élevés par l'homme n'ont curieuesment que peu de problèmes. On ne peut détecter les acariens qu'en faisant un examen de la peau. Ils peuvent provoquer la chute des poils et de fortes démangeaisons, la peau se couvrant de croûtes. Les symptômes sont identiques pour les champignons, et seul le vétérinaire pourra donc poser un diagnostic sûr.

La chorioméningite

La chorioméningite lympphocytaire (C.M.L.) est une maladie bien connue qui affecte seulement les hamsters en-dessous de trois mois. Les symptômes sont peu apparents, mais la maladie se transmet aussi aux humains. Elle n'est en principe pas dangereuse, mais elle peut nuire aux foetus des femmes enceintes. C'est pourquoi ces dernières devraient s'abstenir de tout contacter avec des hamsters de moins de trois mois.

Vieillissement du hamster

À partir de deux ans, selon la couleur et l'espèce, les hamsters montrent des signes de vieillissement. Ils deviennent apathiques, dorment beaucoup plus qu'avant, mangent moins et ne se meuvent qu'avec difficulté. Il vaut mieux les laisser dans leur environnement habituel et ne pas les sortir souvent de leur cage.