Choisir les meilleures croquettes pour son chien

Même si la composition des croquettes pour chiens est encadrée par la réglementation européenne, la qualité est loin d’être le critère principal des industriels, même si certaines marques tentent de proposer des produits haut-de-gamme pour l’alimentation des chiens.

L’étiquetage des paquets de croquettes répond à une réglementation spécifique dans le but d’homogénéiser et de clarifier la composition des croquettes. Ce code n’est pas immuable, il est censé changer en permanence, en fonction de l’évolution des connaissances sur la nutrition canine.

Certaines mentions sont obligatoires, comme le pourcentage de protéines, tandis que d’autres mentions sont facultatives, c’est le cas notamment du pourcentage de glucides qui apparaît selon le bon vouloir du fabricant. Voici un guide pour vous aider à y voir plus clair sur la composition des croquettes de votre chien.

Les mentions obligatoires à connaître

Le type d’aliment

Est-ce qu’il s’agit-il d’un aliment complet en quantité adaptée au poids de l’animal ou d’un aliment complémentaire ? Dans ce cas il faut veiller à ce que le chien reçoive par ailleurs tous les nutriments manquants à ce produit.

Les matières premières

Le fabricant doit faire apparaître la liste des matières premières et leurs catégories (viandes et sous-produits animaux, céréales, légumes…).

Celles-ci sont soumises à la même règle que les mentions figurant sur les étiquettes des aliments humains.

Plus cette liste est détaillée, plus la formule de la recette est fixe. C’est pourquoi certains fabricants préfèrent user d’une formule vague, qui autorise de fait à modifier les matières premières.

Arôme, saveur ou viande ? Ne vous trompez plus

Là ou l’industriel peut vraiment se faire des ennemis, c’est lorsqu’il joue sur les mots.

Beaucoup d’entre nous n’y prêtent pas attention et pensent que dans un paquet de croquettes qui affiche en gros « au boeuf », l’ingrédient principal est du boeuf et que celui-ci doit dépasser à lui seul les 50%.

Mais en regardant la composition, on tombe généralement de haut : l’ingrédient principal est une céréale, et le boeuf ne représente que 4% du produit.

L’information commence à circuler et de plus en plus de maîtres sont désormais conscients que, selon la mention figurant sur l’emballage ils se retrouvent avec un produit qui risque de contenir très peu, voire pas du tout de viande.

  • Les mentions au goût de boeuf ou saveur boeuf sont des croquettes à base d’arômes artificiels. Il y a entre 0% et 4% de boeuf.
  • Les mentions au boeuf ou avec du boeuf sont des croquettes constituées entre 4% et 14% de boeuf.
  • Les mentions riche en boeuf sont des croquettes constituées entre 14% et 25% de boeuf.
  • Les mentions marque boeuf sont des croquettes constituées entre 26% et 100% de boeuf, tout comme la mention tout boeuf qui oblige a avoir une composition de boeuf à 100%.

Les croquettes industrielles sont bien souvent composées en majorité de céréales.

Changez de marque, tout en gardant un produit avec la même mention « au boeuf », même si la liste d’ingrédients vous paraît similaire et vous verrez peut-être que votre chien ne voudra pas en manger.

La composition analytique

La composition analytique des croquettes doit figurer sur le paquet. Il s’agit du détail de la composition concernant les teneurs en protéines, matières grasses, minéraux et fibres.

Les vitamines

Pour les vitamines, seules les teneurs en vitamines A, D3 et 3 sont obligatoires.

La quantité indiquée correspond à celle présente dans l’aliment jusqu’à la « date de durabilité minimale », c’est à dire la date jusqu’à laquelle l’aliment garde ses propriétés si les conditions de conservation sont respectées.

Le mode de distribution

Le mode de distribution doit également être indiqué sur l’étiquette.
Il précise à quel chien est destiné le produit (adulte, sénior, animal en croissance ou reproductif), la mise à disposition de l’eau en parallèle de la distribution de l’aliment ainsi que les recommandations de conditions de conservation : seules garantes d’un aliment sain et de sa teneur en éléments nutritifs.

Les glucides

La mention concernant la teneur en glucides n’est pas obligatoire sur l’étiquette. On la retrouve indiquée seulement sur les produits faibles en glucides, qui sont fiers de le revendiquer. C’est devenu un repère qualitatif et un véritable argument de vente.

Il est tout de même possible de connaître le taux de glucides en effectuant un calcul simple : il suffit de soustraire de cent tous les autres pourcentages indiqués sur l’étiquette.

Exemple :
100 – (% de protéines) – (% de lipides) – (% de fibres) – (% de cendres) – (% d’humidité)

Sur les croquettes, le pourcentage d’humidité n’est pas obligatoirement inscrit puisqu’il est inférieur à 14%. S’il est manquant, vous pouvez vous baser sur 8%.

Au final, on peut dire que l’étiquetage est peu clair et ne répond qu’à très peu de contraintes…!


Les différents nutriments dans les croquettes

On retrouve sur les étiquettes des paquets de croquettes des allégations commerciales plus ou moins trompeuses, une liste d’ingrédients plus ou moins détaillée et compréhensible, et une composition analytique donnant la teneur en nutriments, auxquels le consommateur n’y connait pas grand-chose. Voici la fonction de chacun d’entre eux pour vous aider à y voir plus clair.

Le taux d’humidité

C’est une mention obligatoire indiquée sur une boîte de pâtée. Il avoisine les 80%.
Pour les croquettes, aucune mention n’est obligatoire, mais le taux est compris entre 5 et 10% en général.

L’humidité n’est rien d’autre que de l’eau. Comme l’eau apportée par la boisson, l’humidité des aliments aide donc à hydrater le chien et à lui permettre de réguler sa température corporelle.

Les calories

Bien que les calories ne soient pas des nutriments, elles figurent dans la composition analytique car ce sont elles qui fournissent l’énergie à l’organisme.

C’est ainsi qu’elles permettent à l’organisme du chien de fonctionner et aident au maintien du poids. Les calories, exprimées en fait en kilocalories, proviennent de macronutriments : lipides, protéines et glucides.

Les lipides

Les lipides sont deux fois plus caloriques que les protéines et glucides. Leur premier rôle est donc de fournir de l’énergie à l’organisme, mais ils servent aussi à rendre l’aliment appétant, d’où la présence d’huiles diverses, mais souvent d’origine animale et à véhiculer certaines vitamines dites « liposolubles » comme les vitamines A, D, E et K.

Enfin, les acides gras essentiels font partie des lipides et sont notamment impliqués dans la qualité de la peau, l’aspect du poil du chien, l’immunité, l’inflammation, la reproduction…

Les protéines

Les protéines ne sont pas uniquement utilisées pour construire la masse musculaire. Avec les acides aminés, elles sont également impliquées dans la structure de l’os, des poils et de la peau, ainsi que dans les fonctions clés de l’organisme : immunité, digestion, reproduction…

Les glucides

Les glucides sont les sucres et substances apparentées : amidon, fibres. Ils ne sont pas indispensables au chien mais peuvent être des sources d’énergie s’ils sont digérés. Ce qui est le cas pour une partie d’entre eux, dits glucides digestibles, quand ils sont apportés en petite quantité ou, dans le cas de l’amidon, quand il est bien cuit.

Quant aux glucides non digestibles, il s’agit des fibres alimentaires présentes notamment dans les parois végétales, telles que la cellulose ou la pectine. Mais s’ils ne sont pas indispensables, ces glucides non digestibles restent intéressants pour le chien.

Macronutriments et micronutriments

Les croquettes doivent aussi comporter des micronutriments, tout aussi essentiels à la bonne alimentation du chien.

Parmi les minéraux, le calcium qui est largement connu des vertébrés, moins pour son implication dans la contraction musculaire et la conduction nerveuse.

  • Le phosphore est important pour les réactions chimiques qui fournissent de l’énergie à l’organisme.
  • Le potassium, le chlore et le sodium influent directement sur l’état d’hydratation du corps.
  • Le magnésium joue un rôle important dans la contraction musculaire.
  • Enfin, il y a les oligoéléments qui ont pour la plupart un rôle antioxydant : le zinc, cuivre, sélénium, manganèse.

Les vitamines

Les nutriments essentiels englobent aussi les vitamines dont le chien a besoin.

  • La vitamine A est importante pour la croissance, l’entretien et le renouvellement des tissus. Elle joue également un rôle dans la vision.
  • La vitamine D permet la fixation du calcium par l’organisme et est donc impliquée dans la minéralisation des os, très importante en période de croissance d’un individu.
  • La vitamine E a surtout une fonction antioxydante, mais elle intervient aussi à d’autres niveaux, notamment dans la formation des globules rouges.
  • La vitamine K est liée à la coagulation du sang.
  • Les vitamines B ont un vaste rôle. Elles participent à la transformation du glucose en énergie et permettent l’assimilation et l’utilisation des protéines, des glucides et des lipides. Elles améliorent aussi la croissance des cellules, participent au bon fonctionnement des systèmes nerveux et immunitaire.
  • Enfin, la choline aide le foie : elle permet l’élimination des graisses et du cholestérol.

Les cendres dans les croquettes

On peut être surpris en regardant la composition analytique des croquettes en lisant « cendres brutes ». Le fabricant ajoute-t-il de la centre dans les croquettes ?

En fait, non.

Les cendres correspondent à ce qui reste une fois la nourriture complètement incinérée en laboratoire. Et quand les protéines, graisses, etc… ont été entièrement consumées, il reste principalement des minéraux que contient l’aliment.

Quel est le pourcentage de cendres idéal ?

Est-il préférable que le pourcentage de cendres soit élevé ou faible ?

Vaut mieux que ce taux soit faible.

Lorsque les minéraux sont apportés en trop grande quantité, ils ne sont pas stockés dans l’organisme afin de constituer des sortes de réserves, mais ils passent dans les urines et sont évacués par le chien.

Un taux élevé de cendres favorisera la formation de cristaux de minéraux, autrement dit de calculs urinaire chez le chien.

Ce taux est également lié à celui des protéines. La matière animale contenue dans les croquettes est souvent loin d’être une escalope de dinde, un filet de boeuf ou un magret de canard. Il s’agit en fait de carcasses, plus ou moins charnues, après prélèvement des parties nobles destinées à la consommation de l’homme.

Il y a donc beaucoup d’os.

Dès lors, si le pourcentage de minéraux est faible dans une croquette, il y a malheureusement fort à parier que le pourcentage de protéines le soit aussi. Et même si le pourcentage de protéines reste important, on peut craindre qu’il ait été rehaussé non pas par de la véritable viande, mais par des protéines extraites de tendons, poils, plumes… Des protéines de mauvaises qualité et très peu nutritives pour le chien.

Dans un aliment industriel, le taux de cendres est indiqué sur l’emballage en pourcentage. Mais pour pouvoir le comparer avec celui d’un autre aliment, il faut connaître non pas le pourcentage de cendres dans cet aliment plus ou moins humide, mais le pourcentage de cendres dans la matière sèche.

Au delà de 15% de cendres brutes par matière sèche, le taux de minéraux est à risque. Un excès de minéraux peut notamment occasionner une carence en zinc, car le calcium diminue l’absorption du zinc.

Ainsi, des croquettes très riches en os, ou en farine d’os, peuvent développer chez le chien une maladie de peau qui provoque une dépilation autour des yeux.

Cette maladie de peau s’appelle « generic food disease » car elle a été rapportée chez des chiens nourris d’aliments bas de gamme qui contenaient de grandes quantités de farines d’os, c’est à dire des carcasses broyées, et donc beaucoup de matières minérales.

Le mieux est donc de privilégier une alimentation avec le plus de protéines de qualité, quitte à ce que le taux de cendres grimpe autour de 12% en s’assurant que le chien s’hydrate bien en parallèle.


Viande et sous produits animaux contenus dans les croquettes

A moins que le mot viande n’apparaisse clairement dans la liste des ingrédients de l’étiquette, il ne faut pas imaginer que nos chiens ont le droit à de beaux morceaux de viande.

En réalité, c’est tout l’inverse. Les industriels récupèrent les parties de l’animal qui ne finissent pas dans nos rayons boucherie, c’est à dire des parties extrêmement différentes dont les qualités nutritives le sont tout autant.

La viande utilisée pour la fabrication des croquettes correspond aux restes, plus ou moins ragoûtants et nourrissants.

Ce qui explique que dans un aliment « discount » on trouve une grande partie des restes les moins intéressants (sabots, plumes, viscères, carcasses pauvres en viandes, etc…), alors que dans les aliments « premium », il y a essentiellement des carcasses charnues, des rognons, des cous d’oies, etc. C’est ce que l’on appelle les sous-produits animaux.

Les sous-produits animaux qui constituent les croquettes sont collectés dans les abattoirs par des transporteurs spécialisés qui les conduisent dans une entreprise de transformation. Là une partie des sous-produits animaux sont bardés d’antioxydants puis ils sont broyés jusqu’à formation d’une pâte rosâtre. Ils sont ensuite cuits, déshydratés et pressés.

Les protéines animales transformées entrent dans la composition des croquettes pour chiens de façon à faire monter le taux de protéines et parce qu’elles rendent les croquettes très appétentes.

La graisse est décantée, puis centrifugée ou filtrée, et utilisée en alimentation pour animaux de compagnie pour augmenter la valeur énergétique du produit et apporter des acides gras essentiels.

La graisse est aussi utilisée comme enrobage des croquettes afin de les rendre plus appétentes.


Origine des matières premières

La composition est encadrée la par réglementation européenne. Ainsi, en France, les matières animales utilisées dans l’alimentation pour animaux sont issues de la même filière que pour l’alimentation humaine.

Aucun animal n’est abattu expressément pour terminer dans un paquet de croquettes.

Les croquettes pour nos chiens ne proviennent pas de sociétés d’équarrissage, celles qui collectent les cadavres d’animaux domestiques ou de rente (chevaux, bovins, cochons…) qui sont décédés sur leur lieu de vie.

Ces produits viennent directement des abattoirs et sont collectés par une autre société de transport que l’équarrisseur. Et les animaux malades ou blessés sont interdits d’abattage.

Il n’y a ainsi pas de risques de contamination ou de confusion entre les deux types de carcasses.

Ecrire un commentaire
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chat va t'mettre de bon poil !