10 animaux avec des super sens à découvrir

Dans le règne animal, cinq sens sont loin d’être suffisants pour survivre ! Je vous présente les super pouvoirs des animaux et comment ils les utilisent pour survivre.

chouette lapone

L’odorat chez l’ours est extrêmement développé

Le nez et le cerveau des ours sont merveilleusement adaptés de façon à leur permettre de sentir leurs partenaires, éviter le danger et, surtout, trouver de la nourriture.
L’odorat de l’ours est précis pour plusieurs raisons : son nez est vraiment gros, ce qui lui offre une grande surface pour les récepteurs d’odeurs. Or plus il y a de récepteurs, plus l’odorat est sensible. De plus, des muscles spécialisés lui permettent de contrôler les mouvements de son nez, ce qui l’aide à suivre la trace des odeurs avec précision sur de longues distances pour localiser des morceaux de choix !

La zone du cerveau qui interprète les odeurs, le bulbe olfactif, est également cinq fois plus grand chez l’ours que chez l’homme, bien que le cerveau de l’ours ne mesure qu’un tiers du cerveau humain.
Cela implique une puissance de traitement supérieure pour une performance olfactif phénoménale. Par exemple, on sait que l’ours polaire peut nager 160km pour rejoindre une femelle prête à s’accoupler.

crevette mante

La vue : la crevette-mante a les yeux les plus complexes du règne animal

Ce petit crustacé vit dans les océans Pacifique et Indien. C’est un prédateur féroce qui possède une frappe puissante, mais sa vue est de loin sa caractéristique la plus étonnante. Ses deux grands yeux, perchés sur sa tête, sont capables de bouger indépendamment l’un de l’autre, chacun possédant une « vision trinoculaire ». Cela signifie que chaque oeil peut focaliser sur des objets avec trois sélections séparées pour percevoir la profondeur et la distance. Les yeux de la crevette-mante contiennent des millions de photorécepteurs, c’est à dire des cellules sensibles à la lumière. Les hommes n’ont que trois types de photorécepteurs, alors que la crevette-mante en possède douze. Ces récepteurs lui permettent d’analyser les couleurs dans différentes longueurs d’onde, notamment l’ultraviolet. Cependant, les avantages que cela lui confère ne sont pas encore connus.

Le caméléon est capable de regarder devant et derrière en même temps

caméléon
Les yeux du caméléon sont vraiment extraordinaires. Contrairement à nous, qui avons deux yeux qui peuvent bouger indépendamment l’un de l’autre. L’orbite conique qui donne au caméléon cet air plutôt abasourdi est en fait une grande paupière qui s’ouvre suffisamment pour que la pupille puisse regarder. Chaque oeil peut bouger dans toutes les directions, sans que le caméléon ait besoin de tourner la tête. Le plus étonnant est quand les yeux s’associent. Lorsque le caméléon repère une proie, il tourne la tête pour fixer l’insecte de son choix, ce qui lui permet de regarder avec les deux yeux en se focalisant sur le délicieux repas convoité. Cela crée une vision binoculaire, où les images de chaque oeil convergent pour donner une meilleure perception de la profondeur et du mouvement. Cette adaptation permet au caméléon de frapper sa proie avec efficacité !

chouette lapone

L’ouïe : la chouette Lapone peut entendre une proie à plus de 100m à travers 45cm de neige !

La chouette lapone, ou chouette cendrée, est une chasseuse fougueuse. Elle mange de petites souris et autres rongeurs qui vivent dans les régions arctiques, qu’elle doit souvent trouver à travers une couche de neige, qui plus est la nuit. Heureusement, son oui est si fine qu’elle n’a jamais faim !

La combinaison d’une ouïe hypersensible et d’adaptations physiologiques étonnantes fait de la technique de chasse de cette chouette une affaire de précision. Ses oreilles sont des trous minuscules situés sous un large disque de plumes habilement arrangées, avec une position légèrement différente de chaque côté de la tête pour que le son pénètre dans les oreilles à des angles légèrement différents et à un volume varié, ce qui permet à la chouette de localiser précisément l’endroit d’où viennent les sons qu’elle entend.
Elle obtient ainsi une carte sonore de la zone et peut se focaliser sur l’animal qui produit le son. Le disque de plumes facial agit comme une antenne. Grâce à sa forme qui guide les ondes sonores vers les oreilles, la chouette peut entendre des sons infimes de proies sous la neige. Cela peut même parfois être le battement de coeur d’un petit rongeur !

Dès que la chouette entend les sons caractéristiques d’une proie, elle se dirige vers elle avant de descendre en piqué.
Cette chouette peut voler dans un silence complet, ce qui a le grand avantage d’éviter d’éveiller les soupçons de la proie. En volant sans bruit, la chouette peut se concentrer sur l’écoute des mouvements de la proie jusqu’au dernier moment, sans être dérangée par le bruit de ses ailes colossales.

crocodile du nil

Le toucher : le crocodile du nil a un museau hyper sensible !

Quand on pense à un animal sensible, le crocodile n’est pas généralement le premier qui vient à l’esprit ! Son corps robuste, ses mâchoires extrêmement puissantes et ses dents impressionnantes évoquent tout sauf la sensibilité, mais cet animal doit également percevoir son environnement comme nous tous. Des dômes noirs sont visibles sur sa tête et son museau : il y en a également quelques-uns sur son corps. Ces dômes constituent un organe sensoriel tégumentaire qui a troublé les chercheurs pendant longtemps. Ils ont finalement découvert que ces dômes sont pleins de récepteurs du toucher, ce qui rend le museau du crocodile plus sensible que l’extrémité d’un doigt humain. Très sensible à la presse et aux vibrations, ils permettent au reptile de percevoir le mouvement de la proie dans l’eau, la présence de nourriture et d’en attraper une bonne bouchée !

Les alligators ont également cet organe tégumentaire. En définitive, ce sont des êtres très sensibles !

cochons

Le goût : le cochon a la langue sensible

Le cochon a la réputation de manger tout ce qu’il trouve, pourtant sa langue est très sensible, ce qui en fait un super goûteur ! Un bon sens du goût est important pour un omnivore, car cela lui permet de sélectionner ce qui est bon à manger. Le cochon sait ce qu’il ‘aime et reconnait au goût les aliments mauvais, empoisonnés ou dangereux, ce qui est un avantage certain lors de la recherche de nourriture. Les humains ont entre 9,000 et 10,000 papilles gustatives sur leur langue alors que le cochon en a environ 20,000 !

Des sixièmes sens étonnants

Le règne animal compte des sens supplémentaires incroyables en plus des cinq sens connus chez les hommes.

De nombreux animaux sont capables de voir des longueurs d’onde invisibles à l’oeil humain, l’une d’elles est l’ultraviolet. Plusieurs espèces de poissons, d’insectes, d’oiseaux et de nombreux mammifères, tels les rennes et les chiens / chats, sont capables de voir l’ultraviolet.

L’infrarouge

couloeuvre
Des animaux étonnants peuvent voir des longueurs d’onde invisibles pour nous tous.
La section infrarouge du spectre électromagnétique nous est invisible mais des animaux voient la lumière infrarouge. Les serpents utilisent le rayonnement infrarouge du corps de leurs proie au sang chaud pour cartographier les sources de chaleur et chasser de jour comme de nuit.

Magnétoréception

oiseaux
Des animaux peuvent trouver le chemin de leur maison sans savoir même où elle se trouve.
Ce sens extraordinaire est utilisé pour l’orientation : on pense que des animaux tels que la baleine à bosse, le pigeon ou le saumon s’en servent pour trouver leur chemin lors de grandes migrations. La magnétite contenue dans le corps de la baleine à bosse lui permet de suivre les bandes magnétiques du plancher océanique comme une boussole intégrée.
J’avais d’ailleurs rédigé un article sur ce sujet : comment les oiseaux retrouvent leur chemin.

Echolocation

dauphin
Une méthode incroyable utilisée par le dauphin pour percevoir l’environnement.
Les dauphins, les baleines et même les chauves-souris utilisent ce sens incroyable pour s’orienter et pour chasser. Il consiste à envoyer un son puis à analyser les ondes sonores et leur retour après avoir rebondi sur les objets alentour. On pense que ce sens pourrait fournir aux animaux une vision tridimensionnelle de leur environnement.

Electroréception

ornithorynque
Certains animaux peuvent détecter les infimes courants électriques qui traversent la nature.
Cette capacité à percevoir les signaux électriques naturels se manifeste entre autres chez les requins et l’ornithorynque. Les requins ont des organes étonnants, les ampoules de Lorenzini , qui leur permettent de percevoir une proie se déplaçant dans l’eau. L’ornithorynque possède sur son bec des pores similaires qui l’aident à nager dans l’obscurité.
Ecrire un commentaire
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chat va t'mettre de bon poil !