Les poissons rouges n’ont-ils réellement pas de mémoire ? — Autour Des Animaux
Les poissons rouges n’ont-ils réellement pas de mémoire ?

Les poissons rouges n’ont-ils réellement pas de mémoire ?

Les poissons rouges sont souvent considérés comme des animaux peu intelligents et qui s’épanouissent pleinement dans un petit bocal en raison de leur mémoire à très court terme. Mais la réalité n’est-elle pas bien différente.

Avoir une mémoire de poisson rouge : kezako ?

Avoir une mémoire de poisson rouge, pour le commun des mortels, c’est être incapable de retenir quoi que ce soit. Ces animaux ont en effet la réputation d’avoir une mémoire ridicule de seulement quelques secondes. Cependant, depuis une dizaine d’années, la recherche scientifique met à mal cette idée reçue, prouvant que les poissons rouges disposent en réalité d’une mémoire à long terme. Et cela n’a rien de vraiment étonnant quand on sait que leur espérance de vie est de 30 ans en moyenne et qu’ils peuvent atteindre l’âge de 50 ans !

La forme domestique du cyprin doré (Carassius auratus), que l’on appelle communément poisson rouge, peut prendre des formes variées. Il n’est généralement pas recherché par les aquariophiles car il est commun : on le considère souvent comme un animal de compagnie demandant peu de soins, de matériel ou d’attention, le déposant dans un minuscule bocal où il tourne en rond tout seul. C’est peut-être pour se déculpabiliser de ces mauvais traitements qu’on prête à ces animaux une si courte mémoire, prétendant qu’ils n’ont même pas conscience des dimensions de leur aquarium car ils les oublient à mesure qu’ils nagent.

poissons rouges

Le poisson rouge a-t-il une mémoire ?

En fait, les poissons rouges peuvent mesurer jusqu’à 45cm de longueur à l’âge adulte et son des animaux grégaires. Il leur faut un aquarium d’au moins 100 litres et des compagnons de leur espèce. Et ils n’oublient pas aussi vite qu’on le croit ! Des chercheurs ont en effet démontré que ces poissons sont capables de reconnaître un son associé au repas après avoir retrouvé leur liberté, même un an plus tard. On a aussi pu observer qu’ils apprenaient à capturer la même sorte de proies au fil du temps, progressant à chaque tentative, et qu’en cas de fuite ils se réfugiaient dans les cachettes déjà visitées plus rapidement que la première fois, prouvant qu’ils ont bel et bien des souvenirs à long terme, et qu’ils savent s’en servir à leur avantage.

0 commentaires
Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *