Trépied pour photo animalière : comment le choisir ?

Trépied pour photo animalière : comment le choisir ?

Si vous vous intéressez au monde de la photographie, vous devez savoir qu’un trépied s’avère être un accessoire indispensable pour réaliser de beaux clichés d’une netteté exceptionnelle, dépourvus de flou. Cette réalité est encore plus vraie lorsque l’on plonge dans l’univers de la photo animalière. Un trépied doit être en mesure de supporter un poids supérieur à celui de votre appareil, notamment lorsqu’il est équipé d’un flash et d’un gros objectif. Découvrez nos conseils pour choisir le bon trépied sans vous tromper.

Pourquoi utiliser un trépied en photo animalière ?

L’utilisation d’un trépied offre plusieurs avantages pour les passionnés de photo. Il assure une stabilité qui empêche les flous involontaires. Grâce à la stabilité d’un trépied, les photos sont nettes et sans flou.

Pour ceux qui aiment photographier les animaux, les attentes prolongées pour apercevoir un animal sont monnaie courante. Le trépied allège le poids du matériel, soulageant le photographe de la fatigue, tandis qu’il attend patiemment l’instant parfait pour déclencher sa photo.

Nos conseils pour bien choisir son trépied photographie animalière

Il existe beaucoup de modèles de trépieds photographie animalière qui sont légers avec tête intégrée à de très bons prix, mais ils ne sont généralement utilisables seulement avec des appareils compacts ou des bridges.

Si vous possédez un reflex, mieux vaut opter pour un trépied plus résistant, avec une tête amovible, combinant légèreté et solidité. Il faut généralement faire un compromis entre le poids maximal que vous souhaitez porter et la solidité minimale que vous désirez.

Un trépied trop lourd va certes résister aux assauts du vent ou atténuer les vibrations lors du déclenchement, mais il risque d’être rapidement pénible à porter sur de longues distances. En revanche, un trépied trop léger risque de ne pas vous être très utile pour de la photographie animalière.

Votre trépied doit vous permettre de prendre des photos au ras du sol ou à hauteur des yeux (sans avoir recours à la colonne centrale) : vérifiez la hauteur maximale et minimale. Il doit pouvoir s’adapter à tous les terrains et permettre un maximum de positions possibles.

Si vous voulez vous approcher du sol pour photographier des animaux, la colonne du trépied doit pouvoir s’inverser, voire se fixer à l’horizontale et les jambes doivent pouvoir se déployer à 90° pour s’approcher au plus près du sol.

Le système de réglage de la hauteur des pieds doit être fiable et rapide d’utilisation : généralement soit un blocage à vis (parfois un peu difficile, mais très durable), soit un blocage par leviers (plus facile et plus rapide, mais plus fragile). Le mieux est de tester les deux configurations afin de voir quel système vous préférez.

Le monopode en photo animalière: un bon choix ?

Lorsqu’on se déplace à pied en transportant son équipement photographique, un monopode peut se révéler efficace et constituer un excellent point d’appui pour un téléobjectif de longue, voire de très longue focale. Cet accessoire offre une grande liberté de mouvement tout en soulageant le photographe d’un poids qui, à la main, deviendrait à la longue insoutenable.

Comme pour le trépied, la taille et la robustesse du monopode devront être proportionnelles au poids à soutenir. Une tête à inclinaison verticale suffira probablement puisque le monopode, en tournant sur lui-même, peut se charger des mouvements horizontaux.

Par rapport au trépied, le monopode est plus léger et donc plus pratique à transporter quand on se déplace à pied. On peut également l’utiliser en safari, lorsque le véhicule est à l’arrêt, en l’étirant et en le plantant au sol juste devant la fenêtre pour stabiliser l’objectif sans que les mouvements des autres occupants dans la voiture se fassent sentir.

Choisir un trépied en aluminium ou en carbone ?

Les trépieds en aluminium sont populaires parmi les modèles grands publics, car c’est le matériau le moins onéreux, tout en étant suffisamment robuste.

Les trépieds en fibres de carbone sont deux fois moins lourds que ceux en aluminium, sont plus faciles à manipuler par grand froid et absorbent mieux les vibrations, mais ils sont plus chers.

Parmi les marques les plus courantes dé tripod photo, on peut citer:

  • Artcise,
  • Benro,
  • Manfrotto,
  • Gitzo,
  • Leofoto,
  • Feisol,
  • Cullman.

Le trépied Manfrotto, la référence

Le tripod Manfrotto avec une rotule 3D représente une solution flexible qui permet une extension horizontale, bénéficiant d’un ingénieux système Quick Power Lock extrêmement astucieux pour une configuration rapide et aisée.

Trépied Manfrotto Compact Advanced + Rotule 3D
Trépied Manfrotto Compact Advanced + Rotule 3D
69,90€Amazon

Quelle rotule et tête pendulaire choisir pour son trépied ?

Les rotules complètent votre trépied, n’hésitez pas à en essayer plusieurs avant d’en acheter une afin de savoir laquelle vous convient le mieux.

Rotule ball: une rotule ball possède un ou deux leviers de blocage contrôlant une boule qui une fois déverrouillée bouge dans toutes les directions. C’est très rapide, mais manque parfois de précision.

Rotule à axes 3D ou 2D
Une rotule à axes 3D ou 2D, avec chaque axe d’inclinaison serré indépendamment grâce à une poignée, permet une grande précision, mais elle est plus longue à régler ce qui peut s’avérer un handicap sil vous faut travailler dans l’urgence.

Tête pendulaire
Pour les gros téléobjectifs, une tête de type pendulaire (Wimberley, Gitzo, Benro) est la solution idéale permettant une liberté de mouvement optimale et une excellente stabilisation de l’ensemble objectif appareil.

Accessoires de camouflage pour trépied en photographie animale

Voici quelques autres accessoires pour compléter votre camouflage:

Camouflage pour trépied: des manchons en matière 3D permettent de camoufler les jambes de votre trépied et vos objectifs.

Filets et tissus de camouflage: il en existe de différentes tailles et en plusieurs coloris avec un sac de rangement. Ils permettent de se fondre rapidement dans le décor.

Graffeur ou scotch de camouflage: le ruban adhésif imperméable et résistant aux déchirures permet de dissimuler et de protéger votre matériel photo.

Protection contre la pluie et les intempéries: un sac plastique ou de congélation fonctionne, mais si vous photographiez souvent par mauvais temps, investissez dans une housse spécifique.

Il peut aussi être utile d’investir dans une télécommande. En effet, elle évite les vibrations qui peuvent être engendrées au moment d’appuyer sur le déclencheur:

  • Télécommande filaire: tous les reflex ont une prise destinée à une télécommande. Certaines ont la possibilité de se bloquer pour marcher en pose B (Bulb, la photo est prise tant que l’on appuie sur le déclencheur. Le câble varie de 20 à 80 cm généralement).
  • Télécommande sans fil: pratique, mais parfois onéreuse.

Pensez à repérer les animaux avant d’installer votre matériel photo

Pour repérer les animaux avant d’installer son trépied ou une tente d’affût, il est utile d’installer une ou plusieurs caméras de chasse.

Une caméra de chasse (ou piège photographique) est une caméra capable d’enregistrer automatiquement des photos et des vidéos. Elle s’attache sur un support (poteau, arbre, etc.) et fonctionne de façon autonome de jour comme de nuit. Elle est dotée d’un détecteur de mouvement qui déclenche le boîtier lors du passage d’un animal dans son angle de vue.

Optez pour un modèle capable d’offrir une résolution d’au moins 20 Mpx, avec une vitesse de déclenchement rapide (inférieure à 0,4 s), un grand angle de vue (120 ou 130°), une portée d’au moins 25 mètres et une autonomie de plusieurs semaines ou mois.

Les LED infrarouges permettent de faire des photos ou des vidéos de nuit sans être visibles par les animaux. Privilégiez les modèles « no glow » ou « low glow » pour que votre piège passe inaperçu.

Certains pièges possèdent une carte SIM et envoient automatiquement les données sur votre smartphone grâce à un module GSM (forfait d’environ 5 € par mois). Cela vous permet de commander votre piège à distance, très utile pour le paramétrer et pour effectuer des tests de prises de vue.

Vous pouvez également installer une barrière à infrarouge et un ensemble de flashes. Ce système est utilise notamment pour photographier les animaux de nuit (chouettes ou chauves-souris). Mettez l’appareil photographique en mode Bulb (diaphragme ouvert sur de très longues périodes) et donnez un coup de flash au passage des animaux dans les faisceaux déclencheurs.

La limite de vitesse n’est pas régie par l’obturateur du boîtier, mais par la lumière des flashs, qui est à déclenchement instantané. Un seul flash connecté à la barrière infrarouge produit un éclair provoquant l’allumage de tous les autres flashs, paramétrés en mode esclave (via un déclenchement par cellule photosensible). Calculez bien la puissance de chaque flash, qui doit être réglé manuellement.

0 commentaires
Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animaux
Envie d'un poil d'actus?
Rejoignez plus de 200,000 abonnés!
Haut