6 faits à savoir sur l’étoile de mer

6 faits à savoir sur l’étoile de mer

L’étoile de mer est une créature marine que l’on trouve aussi bien en eau salée qu’en eau douce. Il existe plus de 2 000 espèces différentes d’étoiles de mer. Les étoiles de mer sont généralement de couleur rouge, orange ou jaune. Elles possèdent cinq bras qui rayonnent à partir de leur corps central. Les bras de l’étoile de mer sont recouverts de pieds tubulaires qu’elle utilise pour se déplacer et se nourrir. Les étoiles de mer peuvent régénérer les membres perdus. L’étoile de mer est une créature étonnante qui existe depuis des siècles. Plongeons en profondeur et découvrons tout ce qu’il y a à savoir sur elle.

Qu’est-ce qu’une étoile de mer ?

Les étoiles de mer ont une histoire et une origine riches et fascinantes. Ce sont des échinodermes, parents des oursins, des concombres de mer et d’autres créatures vivant sur le fond marin. La plupart des étoiles de mer possèdent cinq bras, mais certaines espèces peuvent en avoir jusqu’à 40 ! Elles habitent principalement les récifs coralliens de l’océan et les fonds des eaux très profondes. Selon l’espèce, la taille des étoiles de mer peut varier de quelques centimètres à plus d’un mètre de large ! Même si elles semblent immobiles (certaines espèces n’ont même pas de « colonne vertébrale »), les étoiles de mer disposent en fait d’une locomotion avancée grâce à leurs pieds tubulaires. Avec plus de 2 000 espèces d’étoiles de mer, nos océans restent l’un des endroits les plus exotiques et les plus intéressants de la planète !

Elle se nourrit avec ses pieds

Ses bras segmentés sont articulés et recouverts de barbules appelées « pinnules » qui portent des petits organes en forme de pieds, du nom de podia. Les pieds sont recouverts de mucus collant qui emprisonne les proies (plancton et petits invertébrés). La nourriture ainsi glanée est ensuite acheminée jusqu’à la bouche au sommet du corps de l’étoile de mer.

Elle peut régénérer ses membres

Lorsqu’il se développe, le crinoïde peut se débarrasser d’un bras et en faire pousser deux autres à la place. En répétant le processus, il peut fabriquer un buisson de plus de 200 bras, tous joints. Certaines espèces doivent se contenter des cinq bras d’origine, qui se divisent le plus souvent pour en créer dix.

C’est une survivante

Étoile de mer dans l'océan

On pense que les espèces en vie aujourd’hui ont survécu à des événements d’extinction de masse et s’en sont bien mieux sorties que leurs cousins, les lys de mer, dont il ne reste plus beaucoup d’individus. C’est sans doute le résultat de la capacité des crinoïdes à évoluer dans une aire plus importante que les lys de mer, qui restent liés par leur tige.

Elle grandit sur une tige

Le crinoïde passe le début de son existence fermement attaché aux rochers, aux coraux ou aux fonds marins par une tige, mais en grandissant il se libère et peut explorer les océans. À la base de l’animal se trouvent des appendices semblables à des doigts (des cirrhes), qui lui permettent de ramper et de s’agripper, à moins qu’il utilise ses longs bras pour nager avec élégance à travers les colonnes d’eau. On le trouve essentiellement dans les océans Indien et Atlantique.

Elle offre un microhabitat aux crevettes

De nombreuses petites créatures marines, dont plusieurs espèces de crevettes et de crabes, trouvent à se loger entre les bras grands ouverts des crinoïdes. Certaines sont même passées maîtres dans l’art de se camoufler en imitant les couleurs, les rayures et les pois de leur hôte. Ces « logeurs-sosies » profitent de leur abri et de l’opportunité de se nourrir des particules qui s’agrègent à la base de l’étoile de mer. C’est le cas des espèces de crevettes nettoyeuses.

Elle peut perdre des organes pour s’enfuir

Le crinoïde peut survivre à une éviscération complète (c’est-à-dire l’ablation de tous ses organes internes, y compris le système digestif) et se régénérer entièrement en l’espace de deux semaines. Cette capacité à se défaire de parties de son corps (dont les bras), appelée autotomie, permet à l’animal d’échapper à ses prédateurs en les laissant mâchonner la portion qu’il abandonne dans son sillage. L’étoile de mer à plumes peut ainsi s’arracher le membre condamné et prendre la fuite.

0 commentaires
Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *