10 Espèces de lézards les plus incroyables au monde

Les lézards regroupent plusieurs espèces comme les geckos, caméléons et iguanes. Le plus petit lézard découvert à ce jour est le gecko mesurant 1,5cm pour 0,2g adulte tandis que le plus gros lézard au monde reste incontestablement le Komodo qui pèse plus de 100kg. Certains lézards ressemblent à des dragons ou à des dinosaures, mais dans un groupe qui compte plus de 6000 espèces, quels sont les lézards les plus fascinants ? Découvrez le TOP 6 des incroyables lézards !

Le lézard basilic vert : il court sur l’eau

Le basilic vert ou Jésus-Christ est réputé pour son talent remarquable : cet animal court sur l’eau à une vitesse d’environ 1,5m par seconde. Même s’il est bon nageur et peut facilement rester 30 minutes sous l’eau, il passe le plus clair de son temps dans les arbres des forêts tropicales d’Amérique centrale. Ce lézard a de longs orteils palmés augmentent la surface de contact de ses pattes arrière. En frappant l’eau, il crée de petites poches d’air qui lui permettent de flotter. Le mâle présente une crête caractéristique sur sa tête, qu’il utilise pour impressionner les femelles lors de la saison des amours. Les femelles pondent leurs oeufs dans des tranchées peu profondes où elles les laissent éclore. Les nouveau-nés sont capables de courir, de nager et grimper.

lézard jésus christ qui court sur l'eau

Le lézard le plus petit au monde

lézard le plus petit au monde

Le lézard Sphaerodactylus parthenopion est une espèce de gecko la plus petite au monde. Mesurant tout au plus 16mm et pesant à peine 1 gramme, ce petit animal insolite vit uniquement sur les îles vierges britanniques. Il évolue dans des déserts souvent parsemés de cactus et de buissons épineux. Ce petit lézard reste très peu étudié et peu de données sont disponibles le concernant. Photo: sandiegoherps

Le lézard le plus venimeux au monde

Le Monstre de Gila est un lézard venimeux réputé pour mordre sa proie et injecter son venin à travers ses dents cannelées. Sa morsure n’est pas mortelle pour l’homme avec qui il n’est généralement pas agressif. Il se nourrit de petits rongeurs, d’oisillons, de grenouilles, d’eoeufs, et d’autres lzéards. Le monstre de Gila a la particularité de stocker ses réserves de graisses dans sa queue. Photo: Tommaso Urli

Monstre de gila

Le Cténosaure noir, le lézard le plus rapide au monde

Ctenosaure noir

Le cténosaure noir est un iguane à queue épineuse noire mesurant jusqu’à 1,5m de long. Il possède le record du monde de vitesse des lézards et peut courir jusqu’à 35km/h. Il se nourrit principalement d’herbes et de plantes, mais ce lézard aime occasionnellement manger de petits animaux. Photo: rerererastana

Le Lézard à collerette : sa peau est un moyen de défense

Seul membre du genre Chlamydosaurus, ce lézard est unique : quand il se sent menacé, il déploie autour de son cou sa collerette de peau colorée caractéristique. Pour dissuader les prédateurs, il peut aussi ouvrir la gueule en grand et pousser un sifflement bruyant. Ce comportement est suffisant pour effrayer nombre de ses prédateurs, dont oiseaux de proie, lézards plus gros, chats harets et serpents. Si cela ne fonctionne pas, il s’enfuit, la gueule ouverte et la collerette déployée en courant aussi vite qu’il peut jusqu’à un arbre dans lequel il peut grimper pour se mettre à l’abri. La collerette sert aussi à montrer la dominance entre mâles. Photo: rerererastana

Lézard à collerette kingii

Le dragon de Komodo : le plus gros du monde

dragon de komodo

Le gigantesque dragon de Komodo bat les records chez les reptiles. Il n’est pas seulement le plus gros lézard au monde (il peut peser jusqu’à 150kg), il est aussi le plus grand. Il se nourrit de n’importe quoi, des charognes aux cerfs, il peut manger l’équivalent de 80% de son poids en un seul repas. Sa taille ne l’empêche pas de faire des pointes de vitesse à 18km/h sur de courtes distances, ce qui en fait un prédateur redoutable. La tactique du dragon de Komodo est d’attendre patiemment sa proie, camouflé, puis quand elle apparaît, il se sert de ses puissantes pattes, de ses griffes acérées et de ses dents cannelées pour attaquer. La salive du dragon de Komodo contient plus de 50 types de bactéries. Si une proie s’échappe après avoir été mordue, elle meurt généralement quelques heures plus tard d’un empoisonnement du sang. Photo : Joshua J. Cotten

L’orvet fragile : un lézard sans patte

Contrairement aux apparences, l’orvet n’est pas un serpent mais un lézard apode (sans pattes) que l’on rencontre dans les jardins d’Europe et quelques régions d’Afrique et d’Asie. Il peut perdre sa queue s’il est effrayé ou attaqué : dans ce cas, une nouvelle queue se régénère en quelques semaines. Plutôt que pondre des oeufs comme la plupart des espèces de lézards, la femelle orvet donne naissance à environ 8 petits à chaque fécondation. L’accouplement lui-même commence lorsque le mâle mord la femelle au cou. L’orvet, fragile, atteint sa taille adulte à 8 ans. Photo : wandernimwald

Orvet fragile

Le grand iguane à petites cornes : un air de crapaud

Iguane à petites cornes

Malgré son surnom en anglais de crapaud à cornes, ce petit lézard n’en a que l’apparence. Le grand iguane à petites cornes a un corps trapu et un museau court, ce qui le distingue de la plupart des lézards, au corps mince et ondoyant. On le retrouve en Amérique centrale et du Nord. Il se sert de ses écailles pointues pour se défendre contre ses nombreux prédateurs, qui incluent aigles, serpents, chiens et loups. Ces pointes ne sont pas sa seule défense : en cas d’attaque, il peut gonfler son corps pour doubler de taille et se donner un air plus menaçant. Si ce n’est pas suffisant, il peut aussi projeter du sang par les yeux. Selon son habitat, le grand iguane à petites cornes peut être jaune, gris ou rouge. Photo : rj_herplife

Le lézard vivipare : il vit dans des zones froides

Ce lézard est l’une des espèces de vertébrés les plus répandues et il vit en Eurasie, du Royaume-Uni à la Russie et au Japon, et de l’Espagne à la Scandinavie. Comme il a le sang froid, cet animal passe son temps à « lézarder » au soleil pour élever sa température corporelle de 15°C à 30°C. Il agit ainsi surtout parce qu’il a besoin de se réchauffer pour chasser. Le lézard vivipare est adaptable et vit dans des habitats variés, y compris des landes sèches ou humides, des falaises côtières ou même la toundra. Photo : where.my.kneecaps.tho

lézard vivipare

La salamandre : un faux lézard ?

Les salamandres et les lézards ont beaucoup en commun mais les différences sont tout aussi nombreuses. Les salamandres sont des amphibiens tandis que les lézards sont des reptiles. Le corps des salamandres est humide, car elles passent beaucoup de temps dans l’eau et dans les endroits humides. Elles n’ont pas d’écailles contrairement aux lézards.

0 commentaires
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *