Dragon de Komodo

Varanus komodoensis
EN En danger
Autres noms : Varan de Komodo
Qui est le Dragon de Komodo ?

Cet impressionnant et redoutable lézard demeurait inconnu en dehors du petit archipel indonésien où il résidait jusqu'en 1910. Il se distingue comme le plus imposant varan et le plus grand lézard sur terre. Le dragon de Komodo s'appuie sur sa longue langue pour détecter les odeurs, en la projetant habilement à l'extérieur et à l'intérieur de sa gueule.

Taille au garrot 50 à 60 cm
Longueur 2,3 à 2,6 mètres
Poids 65 à 90 kg
Espérance de vie 25 à 30 ans
Origine Île de Komodo

Caractéristiques

  • Régime alimentaire: carnivore.
  • Tête: allongée avec une mâchoire large et puissante. Sa langue est fourchue et jaune.
  • Pattes: puissantes, ses pattes sont longues avec des griffes recourbées.
  • Queue: elle fait la même taille que son corps. Lorsqu'il balaie ses proies de sa queue, il peut facilement renverser un cerf et briserait sans problème des os humains.
  • Couleur(s): corps vert foncé à gris-noir. Sa peau est composée de plaques osseuses, épaisse et rugueuse, allant du gris au marron.
  • Cri / Bruit: grondement, sifflement.
  • Vitesse: 20km/h.
  • Taille au garrot 50 – 60 cm (Mâle)  50 – 60 cm (Femelle)
  • Longueur: 2,3 – 2,6 mètres (Mâle)  2,3 – 2,6 mètres (Femelle)
  • Poids: 75 – 90 kg (Mâle)  65 – 75 kg (Femelle)

Avec ses 2 mètres de long et un poids avoisinant les 90kg à l'âge adulte, le dragon de Komodo est un reptile massif qui se tient tout juste à 20 centimètres du sol pour se faufiler dans les herbes sans être vu.

Données scientifiques
Groupe Grands mammifères
Ordre Squamate
Famille Varanidés
Genre Varans
Descripteur Ouwens, 1912

Comportement et caractère

Son mode de vie est principalement diurne. Il commence sa journée par se mettre au soleil pour se réchauffer et emmagasiner de l'énergie, puis part à la recherche de nourriture. La nuit venue, il regagne son terrier creusé dans le sol pour préserver la chaleur accumulée au cours de la journée.

C'est un reptile très territorial, restant fidèle à son territoire de naissance. Il est nerveux et agressif et n'hésite pas à s'attaquer à tout intrus qui ose pénétrer dans son domaine.

Doté d'une grande agilité, ce lézard géant peut se tenir debout sur ses pattes arrière en utilisant sa queue comme support. Cette posture lui permet de se montrer plus agressif et de chasser des proies plus imposantes que lui.

C'est un animal solitaire sans territoire strict, mais une rencontre peut parfois tourner à la confrontation. Les grands dragons de Komodo n'hésitent pas à tuer les plus jeunes, le cannibalisme étant courant chez cette espèce. Les dominants montrent leur puissance par des menaces théâtrales : ils se cambrent, fouettent le sol avec leur queue et sifflent, tandis que les moins dominants fuient pour se soumettre.

Quand plusieurs dragons se rassemblent autour d'une carcasse, une hiérarchie stricte détermine qui mange en premier : les petits cèdent leur place aux plus grands, et les mâles les plus dominants mangent en premier. Les jeunes dragons, souvent perchés dans les arbres, attendent que les adultes finissent pour descendre et manger les restes.

Quand ils ne chassent pas, les jeunes lézards de Komodo s'attaquent à de petites proies comme les rongeurs, les oiseaux et d'autres reptiles. Les adultes, en revanche, peuvent s'en prendre à des animaux plus grands, tels que les sangliers sauvages et les buffles d'eau. Bien que leur morsure ne soit pas immédiatement mortelle, le venin qu'ils injectent dans la plaie finit par tuer la proie en quelques jours. L'odeur de l'animal mourant attire alors d'autres dragons qui viennent achever le travail.

Il jouit d'une excellente acuité visuelle, ce qui lui permet d'observer à distance et de repérer les mouvements pouvant indiquer la présence de proies. Cependant, sa rétine est entièrement composée de cellules coniques, lui offrant une vision en couleurs durant la journée, mais sans cellules en bâtonnets, leur vision nocturne est limitée.

Espèces et variétés

Ses plus proches cousins sont :

  • Le varan de Gould : ce fouisseur expert utilise son odorat pour trouver des proies cachées dans le sol. Il se nourrit principalement de reptiles et d'œufs, qu'il déterre avec ses longues griffes acérées.
  • Le varan bigarré : ce grand lézard arboricole se réfugie dans des rondins et des souches creuses pour se protéger des intempéries. Il grimpe souvent aux arbres pour trouver des nids et manger des œufs d'oiseaux.
  • Le varan Perenti : le deuxième plus grand lézard du monde, originaire d'Australie. Contrairement au dragon de Komodo qui peut atteindre 20 km/h, le varan Perenti peut courir à 40 km/h et se déplacer sur deux pattes.

Conditions de vie

Il passe la majeure partie de sa journée à réguler la température de son corps. Au lever du soleil, il sort pour se réchauffer, puis se met à l'ombre quand la chaleur devient trop intense l'après-midi. Avec ses cinq grandes griffes sur chaque patte, il creuse des trous dans le sol, évacuant la terre avec ses pattes arrière pour créer un terrier où il passe la nuit bien au chaud.

Quand il cherche de la nourriture, le dragon de Komodo se déplace dans les herbes de la savane à environ 5 km/h, utilisant sa langue pour détecter les odeurs. Bien qu'il puisse chasser, il est principalement charognard et n'hésite pas à voler le repas d'un autre. L'odeur d'une carcasse peut attirer des dragons affamés de loin, alors il mange rapidement pour ne pas partager.

Habitat, aire de répartition

Son habitat s'étend sur l'île de Komodo ainsi que quelques petites îles avoisinantes. Ce fascinant reptile évolue au cœur de divers milieux, notamment les forêts tropicales, les savanes et les prairies sèches.

Quel est le cycle de reproduction du Dragon de Komodo ?

La saison de reproduction commence en mai, mais les femelles ne s'accouplent pas tous les ans. Quand une femelle est en bonne santé, elle signale sa réceptivité avec des phéromones dans ses excréments, attirant ainsi les mâles. Il y a trois mâles pour une femelle, ce qui rend la compétition intense. Les mâles se battent en se dressant sur leurs pattes arrière, utilisant leur queue pour l'équilibre, et se griffent et se mordent violemment. En général, les plus gros et plus âgés gagnent. Le mâle vainqueur peut alors s'accoupler avec la femelle en chaleur.

La parade nuptiale est violente, et les femelles attaquent souvent les mâles au début. Pour réussir, le mâle doit être assez fort. Il s'approche prudemment, frottant son menton et donnant des coups de langue. Si la femelle est réceptive, elle réagit de la même manière. Ils peuvent s'accoupler plusieurs fois, et le mâle reste parfois pour protéger la femelle des autres rivaux.

Après l'accouplement, le mâle ne participe pas à l'éducation des petits et peut même constituer une menace pour eux. La femelle choisit alors un endroit pour pondre seule, soit en creusant son propre nid, soit en utilisant un nid abandonné d'un mégapode local, comme le mégapode de Reinwardt. Ces nids, déjà remplis de feuilles en décomposition, produisent de la chaleur, servant de couveuses naturelles.

  • Maturité sexuelle: 5 à 7 ans.
  • Période de reproduction: mai à août. Le komodo est monogame.
  • Lieu de ponte / nid: terrier, nid d’oiseau abandonné.
  • Nombre d’oeufs par ponte: 20 oeufs.
  • Incubation: 7 à 8 mois (210 à 240 jours). La température de l’incubation déterminera le sexe des futurs lézards.
  • Sevrage: durant ses premiers instants de vie, le jeune varan demeure vulnérable. Il préfère souvent se réfugier dans les arbres pour échapper aux adultes, ces derniers étant trop massifs pour grimper.
Alimentation du Dragon de Komodo

Il se nourrit principalement de charognes, qu'il est capable de repérer grâce à son odorat sur une distance impressionnante de plus de 9 km. Capable de faire de petits sprints pouvant atteindre les 20 km/h, c'est aussi un chasseur actif, souvent en embuscade pour capturer des cerfs et des sangliers.Il excelle également dans l'eau où il est fréquemment observé en quête de charognes près du rivage.

Habitudes de prédation

Dans de nombreux cas, après avoir tué ou rencontré une charogne, le dragon de Komodo pourra avaler son repas en entier, grâce à sa structure crânienne flexible et à ses mâchoires reliées par un ligament très élastique, ainsi qu'à sa salive rouge qui sert de lubrifiant et qu'il produit alors en quantité.L'estomac de ce gigantesque reptile peut également se dilater considérablement, lui permettant de manger l'équivalent de 80% de son poids en un seul repas. Bien qu'il ne soit pas un animal qui puisse survivre sans manger, le dragon de Komodo peut manger un gros repas par mois.

Menaces & conservation

Le dragon de Komodo est une espèce vulnérable, classé en danger (EN) par l'UICN. La taille de sa population à l'état sauvage est estimée entre 3000 et 5000 varans.

Les principales menaces qui pèsent sur cette espèce sont :

  • La destruction de son habitat : La principale menace pour le dragon de Komodo est la perte de son habitat à cause de l'activité humaine. Sur l'île de Flores, où vivent près de 2 millions de personnes, la déforestation modifie constamment le paysage.
  • Les feux de forêt : Les dragons de Komodo et les humains se disputent la chasse du cerf rusa. Les chasseurs incendient les forêts pour attraper les cerfs, ce qui détruit l'environnement.
  • Son espace réduit : Les dragons de Komodo vivent sur cinq petites îles en Indonésie, ce qui les rend plus vulnérables aux catastrophes naturelles.
  • Les espèces invasives : Même si les dragons de Komodo sont des prédateurs, leur vie a changé à cause des animaux introduits par les humains. Les rats mangent leurs œufs et les chiens sauvages chassent leurs petits.

Pour protéger ces reptiles, plusieurs mesures ont été prises ces dernières années, notamment la création d'un parc national dédié et de plusieurs réserves pour animaux en Asie. L'État indonésien envisage même d'interdire le tourisme sur l'île de Komodo pour réduire le stress subi par les varans.

Faits divers

C'est le plus grand reptile venimeux au monde. Ce prédateur rapide et agressif chasse aussi bien sur terre que dans l'eau, où il nage très bien. Bien que les attaques soient rares, une rencontre avec un dragon de Komodo peut être mortelle pour un homme. Sa morsure, remplie de bactéries toxiques et de venin, peut provoquer une baisse de tension, fluidifier le sang et causer un choc anaphylactique. Cet animal impressionnant aurait inspiré le mythe chinois des dragons, qui attire chaque année plus de 20 000 touristes.

Des IRM de dragons de Komodo ont révélé deux glandes à venin très développées situées dans sa mâchoire inférieure.

0 commentaires
Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Animaux
Envie d'un poil d'actus?
Rejoignez plus de 200,000 abonnés!
Haut