Bien choisir l’éclairage de son aquarium

Placer son aquarium dans une pièce stratégique de la maison ne suffit pas pour lui offrir suffisamment de lumière. Il faut prendre en compte certains facteurs pour le bon équilibre des poissons, et l’équiper du bon éclairage fait partie des points fondamentaux pour l’éco-système de l’aquarium.

Quelle intensité de lumière pour son aquarium

L’intensité de la lumière est définie selon les variétés de plantes présentes dans l’aquarium. En effet, certaines plantes nécessitent une intensité de lumière très forte. L’éclairage est probablement l’élément le plus important en aquarium planté, il détermine énormément de choses.

La règle des 1 watt pour 2litres, bien que légèrement imprécise, demeure toujours efficace pour déterminer la puissance d’éclairage dont vous avez besoin pour votre aquarium.

D’autres plantes comme la mousse de Java ou l’Anubias nécessitent moins d’intensité, on choisira alors une puissance d’éclairage comprise entre 1 et 3 watt pour 2 à 3 litres d’eau.

Combien d’heures par jour éclairer mon aquarium

Selon le type de lumière que vous choisissez, une durée d’éclairage plus ou moins longue est conseillée :

HQI10 à 12 heures
T512 heures

Il est possible de combiner plusieurs sources de lumière pour un même aquarium. Les données citées ci-dessus peuvent donc varier. Vous pouvez les allumer à intervalles différents afin que les poissons ne reçoivent pas trop de lumière d’un coup.

Bien positionner l’éclairage de l’aquarium

L’éclairage de l’aquarium doit être placé sur le dessus du bac. Vous pouvez vous procurer un réflecteur qui renforcera les effets bénéfiques de la lumière émise.

Veillez cependant à ne pas placer une plaque de verre entre la lumière et la surface de l’eau, ce qui aura pour effet de perdre 10 à 15% de la puissance émise par l’éclairage dans le bac.

Ne placez pas l’aquarium face à une fenêtre puisque la lumière naturelle favorise la pousse de mauvaises algues ou de mousses, néfastes pour la santé des poissons.

Quelles lampes pour éclairer son aquarium

Il existe dans le commerce trois principaux types de lampes pour éclairer un aquarium :

Les tubes fluorescents

Ce sont les éclairages les plus répandus en aquariophilie. Les tubes d’éclairage classiques n’ont pas le même spectre lumineux que les fluorescents. Il faut les changer une à deux fois par an car leur rendement baisse petit à petit (une baisse souvent invisible à nos yeux).

Évitez les variations d’intensité trop brutales : il ne faut pas changer en même temps toutes les lampes de l’aquarium et laisser un à deux mois entre le changement de chaque tube.

Les lampes halogènes

Elles sont idéales dans un aquarium profond et dont la hauteur dépasse 75cm. Placez-les entre 35 et 75cm de la surface de l’eau pour éviter qu’elles augmentent la température de l’eau. Ces lampes ont une durée de vie d’environ un an.

Les lampes LED

Le passage aux LEDs est très avantageux. Visuellement, la lumière apporte des ombres portées que les tubes ne peuvent pas créer. Il est même possible de contrôler des secteurs d’éclairage du bac. Par exemple, mettre la lumière au maximum de sa puissance au-dessus d’une plante de couleur pour qu’elle rougisse le plus possible, ou diminuer l’intensité au-dessus d’une autre préférant un éclairage doux.

Les éclairages LED ont révolutionné les systèmes d’éclairages des aquariums. Leur durée de vie est très élevée, elles sont peu encombrantes, nécessitent une faible tension électrique et n’ont pas d’inertie à l’allumage.

Choisissez un éclairage LED de qualité pour votre aquarium. Il sera plus cher, mais il durera bien plus longtemps.

Rampe LED 7000K Aquarium 30-48cm

Rampe LED 7000K Aquarium 30-48cm

Note : 5/5

18,99€

Les avantages de l’éclairage LED

  • Une durée de vie très élevée, jusqu’à cinq ans en continu d’après certaines données constructeurs contre 1 an en moyenne pour les néons,
  • un encombrement miniature, elles font moins d’1 cm d’épaisseur,
  • une faible tension électrique, ce qui veut dire plus de sécurité et une consommation moindre,
  • aucune inertie à l’allumage,
  • pas, ou peu, de chaleur dégagée à l’intérieur du bac grâce au dissipateur thermique sur lequel les LEDs sont souvent collées,
  • un large choix de couleurs permettant de réaliser des spectres variés en fonction des besoins,
  • une intensité variable sur les rampes dites « dimmable ».
Aucune discussion Écrire un commentaire
Écrire un avis ou un conseil
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annuler