10 races de chats insolites à découvrir

Certaines races de chats ont une physionomie tout à fait singulière, et c’est ce que tu vas découvrir au cours de cet article avec 10 races de chats insolites. Nus, sans queue, oreilles pliées ou allure de fauves, ces chats domestiques prennent des formes étonnantes qui séduisent les amateurs de félins dans le monde entier.

L’American Curl

american curl
L’élevage de l’American Curl a commencé dans les années 1980 aux Etats-Unis, à partir d’une chatte de gouttière noire au poil noir long, aux yeux jaunes et aux oreilles naturellement boudées vers l’arrière, une nouveauté dans le monde félin de l’époque.
Au cours du développement de la race, les éleveurs ont veillé à respecter son origine de chat de gouttière et ont réalisé de nombreux croisements avec des chats de maison typiques. Assurant à l’American Curl un patrimoine génétique particulièrement varié. On en trouve de toutes les couleurs, à poil long ou court, mais toujours avec ces oreilles caractéristiques. Celles-ci ne font pas l’unanimité dans le monde de l’élevage, certains considérant qu’il s’agit d’une malformation entretenue artificiellement. Photo : Kenshi Iwahara.

Le scottish fold

scottish fold
Développée en Ecosse dans les années 1960 à partir d’une chatte aux oreilles pliées, cette race est passée assez inaperçue jusqu’à récemment. C’est internet qui l’a popularisée, faisant circuler des images et des vidéos de ces adorables chats. Tout en rondeur, couvert d’une fourrure dense et soyeuse. En fait il existe quatre variété : le scottish fond, dont les oreilles sont plus ou moins repliées, le scottish straight qui a les oreilles droites, ainsi que le highland fold et highland straight, leurs version à poils longs. Ce sont tous des chats très calmes et faciles à vivre, qui se plaisent en appartement. Photo : Patrick KOPP.

Le Selkirk Rex

selkirk rex
Cette race peu connue originaire des Etats-Unis se reconnaît facilement : rond, massif et puissant, le Selkirk Rex n’a que des poils frisés : son poil de garde, son sous-poil et son poil de jarre présentent tous les mêmes boucles. Dense et pelucheuse, cette fourrure, qui peut prendre toutes les couleurs et tous les motifs, a un toucher laineux et soyeux à la fois. Il me fait un peu penser à Garfield ! Ce chat étonnant est issu d’une chatte de gouttière bouclée trouvée dans le Montana en 1987. Son gène frisé, issu d’une mutation naturelle était dominant et a permis d’obtenir une race bien établie en très peu de temps. Le selkirk rex est particulièrement sociable, aussi bien avec les humains qu’avec les chiens. Photo : Kirsten Storm.

Le Sphynx

chat sphynx
Ce chat sans poils est apparue spontanément au Canada dans les années 1960, mais la race a ensuite été développée et fixée en France dans les années 1980. Outre son absence de pelage (et donc de moustaches), on le reconnaît à sa tête longue et anguleuse et à ses très grandes oreilles. Ses coussinets sont particulièrement épais et sa queue est fine, toutes les couleurs sont admises, sa peau prenant la teinte des poils qu’il aurait eus. D’apparence fragile, le sphynx n’est en réalité pas moins robuste qu’un autre chat, il demande en revanche des soins particuliers comme un bain régulier, la protection face au soleil et au froid. Ce sont des chats très affectueux voire collants. Photo : Jordan Murphy.

Le bengal

chat bengal
Le Bengal a été créé aux Etats-Unis dans les années 1970. Le but était d’obtenir des chats domestiques à l’allure de fauves en croisant un american shorthair et un chat-léopard du Bengale. Ce type de mariage entre félins sauvages et domestiques n’était pas courant à l’époque, le bengal est en fait le premier du genre. L’entreprise a été difficile : pour éviter une trop forte consanguinité, des croisements ont également été réalisés avec le mau égyptien, le burmese et le siamois. Introduit en France en 1989, il est reconnu par le LOOF en 1997 et connaît un franc succès. Son corps long et athlétique est élégant, et sa fourrure à rosettes très contrastée, qui constitue son trait caractéristiques. Très intelligent et curieux, ce chat énergique n’est pas fait pour vivre en appartement ou dans un petit espace. Photo : Donald Christian.

Le savannah

Savannah
Le Savannah est une nouvelle race américaine mi-fauve, mi-chat domestique. Il est issu d’un croisement entre un serval, un félin sauvage africain haut sur pattes et un chat de maison à robe tachetée. Plus encore que le bengal, le savannah a l’allure d’un fauve : il mesure jusqu’à 43cm au garrot et pèse entre 7 et 14 kg, et sa robe spotted tabby rappelle celle de son cousin sauvage. Il est fin et élégant, avec une petite tête ornée de grandes oreilles. S’il est affectueux et sociable, le savannah n’en est pas moins un animal aux dimensions impressionnantes qui adore sauter, chasser et jouer dans l’eau. Il a donc besoin de beaucoup d’espace. Pour adopter un savannah, il faut se montrer patient : la race est encore extrêmement rare en France et son prix est très élevé. Photo : Nick.

Le Manx

Chat manx
Originaire de l’île de Man qui lui a valu son nom, le Manx a la particularité de ne pas posséder de queue. Il s’agit d’une mutation génétique naturelle due à l’isolement de cette population de félins, même si la légende assure que ces chats ont été apportés par bateau. Il existe des variations au sein de cette race : le rumpy riser a une petite excroissance de cartilage au bout de sa colonne vertébrale, le stumpy a une queue de quelques centimètres de long et celle du long peut presque atteindre une taille normale mais elle n’est pas acceptée en championnat.
Ce chat tout en rondeur a par ailleurs des membres inférieurs plus couts que ses membres antérieures, et se déplace donc comme un lapin. Il est affectueux, intelligent et facile à vivre, très robuste, il peut atteindre l’âge de 20ans sans difficulté. Une variété à poil long existe : le cymric. Photo : Tessa de Jongh.

Le Munchkin

Chat munchkin
Aussi appelé « chat basset », le Munchkin a l’étrange particularité d’être très court sur pattes, bien que le reste de son corps ait les dimensions classiques d’un chat. Cette race a été développée aux Etats-Unis à partir d’une mutation génétique spontanée chez des chats de gouttière en 1983. Elle présente toutes les caractéristiques de l’european shortair, avec des pattes courtes et bien musclées, mesurant parfois seulement quelques centimètres. Cela ne l’empêche pas pour autant de courir et de sauter pour chasser. Malgré cela, plusieurs associations félines ne reconnaissent pas le munchkin, considérant que sa particularité est une maladie génétique qui ne devrait pas faire l’objet d’un élevage sélectif. Attachant ,robuste et très sociable, ce chat reste aujourd’hui très rare en France, bien qu’il y ait été introduit dès le début des années 1990. Photo : Bichinhos Meigos.

Le Bombay

chat bombay
Cette race américaine a été créée au cours des années 1960 dans le but d’obtenir des panthères noires miniatures. Elle est issue du croisement d’un américain shorthair noir avec un burmese sable par l’éleveuse Nikki Homer dans le Kentucky, qui a enfin été satisfaite après 27 portées de ces nouveaux chatons… Et effectivement le bombay a tout de Bagheera : grands yeux ronds, couleur cuivrée, un corps compact et musclé, et surtout une fourrure courte, lustrée et parfaitement noire qui ne roussit pas au soleil. Reconnue en 1976, la race est encore rare, même aux Etats-Unis. En France, une cinquantaine de bombais sont enregistrés chaque année en moyenne. Ce sont généralement des chats noirs très sociables, joueurs et bavards, dotés d’une voix douce et agréable. Photo : Bichinhos Meigos.

Le balinais

chat balinais
Cette race récente est la variante à poil long du Siamois. Ce dernier avait été rapporté de Thaïlande par les Anglais au XIXè siècle et a connu un immense succès en Europe. Après la Seconde Guerre mondiale, il est devenu l’une des races préférées des Américains. Deux éleveuses, repérant des chatons au poil mi-long parmi leurs portées, ont réalisé des sélections pour aboutir au balinais, dont la fourrure mi-longue est fine et soyeuse, donnant à sa queue une forme de fouet. Comme le siamois, il a une silhouette fine, une tête triangulaire aux grandes oreilles et des yeux en amande toujours bleus. Il partage aussi le caractère de son cousin en se montrant généralement extraverti et bavard. Il est sujet à de nombreuses pathologies héréditaires, comme le strabisme ou l’insuffisance rénale. Photo : Isobel.

Ecrire un commentaire
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chat va t'mettre de bon poil !
Filtration de l’aquarium : comparatif des filtres
Filtration de l’aquarium : comparatif des filtres
Comment aménager la cage du hamster
Comment aménager la cage du hamster
Le poisson rouge Shubunkin
Le poisson rouge Shubunkin