Quels animaux voir en Antarctique ?

Quels animaux voir en Antarctique ?

Découvert en 1820, le continent glacé de l’Antarctique est plus grand que l’Europe et subit les hivers les plus rudes, faisant de la faune qui y vit la plus robuste sur Terre. L’Antarctique est une destination unique pour les passionnés d’animaux, offrant une vue inégalée de certaines des créatures les plus emblématiques du monde. C’est le seul continent sur Terre où l’on peut trouver les sept espèces de manchots vivant à l’état sauvage. Bien qu’il soit surtout connu pour sa glace et ses glaciers, le continent abrite également une grande variété d’animaux, des pingouins aux phoques en passant par les baleines et les oiseaux. Voici quelques-uns des animaux les plus emblématiques que vous pouvez voir en Antarctique.

Qu’est-ce que l’Antarctique ?

Situé dans l’hémisphère Sud et couvert de neige et de glace, l’Antarctique est le cinquième continent en taille. C’est une région désolée, isolée et loin de tout, où la vitesse du vent peut atteindre 100 km/h pendant plusieurs jours, causant des blizzards violents qui soulèvent en rafales la neige du sol et réduisent la visibilité. Partagé en deux régions, orientale et occidentale, séparées par la chaîne montagneuse Transantarctique, l’Antarctique contient 90 % de toute la glace de la Terre. tout en étant le continent le plus sec de tous.

Même si la glace peut couvrir une épaisseur de 4 km par endroits, l’humidité, qui tombe sous forme de flocons de neige, est moindre que celle des déserts les plus chauds de la planète. Il s’agit donc d’un endroit très inhospitalier. Aucun peuple indigène n’y vit et la végétation se limite principalement à des mousses, des hépatiques, des lichens et des champignons, surtout sur la partie non couverte de glace (1 % de la surface). Et pourtant ce continent foisonne de vie, que ce soit dans la mer, sur terre ou dans les airs.

L’Orque

Orque

Il existe quatre types différents d’orques dans l’Antarctique, qui sont tous de grands prédateurs marins. Avec une longueur maximale de 9,5 m et un poids de 8 tonnes, les orques survivent grâce à leur épaisse couche de lard et en chassant les poissons en groupe organisé. Elles peuvent briser la glace depuis le dessous pour se nourrir de manchots et de phoques.

Krill antarctique

La crevette Krill antarctique

Ces minuscules crustacés ne mesurent que 6 cm de longueur mais ils sont une espèce cruciale dans l’écosystème antarctique. On dit que leur nombre atteint 400 billions. Ils nagent en grands essaims de plusieurs millions sur des centaines de kilomètres et se nourrissent de phytoplancton.

Le Grand cachalot

Grand cachalot

Même s’il n’a des dents que sur sa mâchoire inférieure, le grand cachalot est le plus grand carnivore du monde. Il mange une grande variété de poissons et de céphalopodes mais seul le mâle adulte plonge dans les eaux de l’Antarctique, car la femelle et les jeunes préfèrent rester dans les eaux plus chaudes.

Poisson des glaces
© Photo MNHN - A.Iatzoura

Le Poisson des glaces

Le poisson des glaces de l’Antarctique (Champsocephalus gunnari) est un animal fascinant car son sang est dépourvu d’hémoglobine. Il est donc blanc. C’est le seul vertébré dans ce cas. Il est quand même capable d’obtenir assez d’oxygène. Comme de nombreux poissons, il produit aussi des protéines antigel pour empêcher la formation de cristaux de glace dans son sang blanc et presque transparent.

L’Éléphant de mer

Éléphant de mer

Les éléphants de mer se nourrissent des poissons et des calamars qui abondent dans les eaux froides de l’Antarctique. Le mâle adulte présente un nez large et bulbeux (proboscis) qui a inspiré le nom de l’espèce. Le corps de l’éléphant de mer contient un grand volume de sang, ce qui lui permet de stocker beaucoup d’oxygène et de rester sous l’eau pendant de longues périodes.

Baleine de Minke

La Baleine de Minke

La baleine de Minke est commune dans les eaux de l’Antarctique où elle se nourrit principalement de krill. Elle peut passer son museau pointu à travers des fissures étroites dans la glace pour respirer avant de s’immerger pour 25 minutes. Comme chez d’autres baleines, sa graisse lui permet de conserver sa chaleur.

Le Manchot empereur

Manchot empereur

Le manchot empereur, la plus grande espèce de manchots, vit à la fois sur la glace et dans l’eau. Il est capable de recycler sa propre chaleur par un procédé d’échange à contre-courant qui remplace le sang froid quittant les extrémités par du sang chaud. Son corps effilé à la peau épaisse possède quatre couches protectrices et imperméables de plumes arrangées comme des écailles. Il peut aussi faire des réserves de graisse pour se protéger du froid et avoir de l’énergie. Les groupes bien connus dans lesquels il se blottit apportent une source de chaleur supplémentaire. De solides griffes lui permettent de s’agripper à la glace et ses pattes palmées sont idéales pour nager.

Manchot à jugulaire

Le Manchot à jugulaire

Le nom inhabituel de ce manchot lui vient de la mince ligne noire qui longe sa mâchoire et lui donne l’air de porter un casque. Comme chez d’autres manchots, son corps est effilé pour nager efficacement. Sa forme lui permet aussi de se coucher sur le ventre et de glisser sur la glace en s’aidant de ses nageoires et de ses pattes.

Les oiseaux en Antarctique

Albatros hurleur
Albatros Hurleur

  • Prion de la Désolation : capable de voler à une vtesse d’environ 35 km/H, cet oiseau se nourrit de zooplancton et a il été vu suivre des navires.
  • Pétrel antarctique : cet oiseau marin mange du krill, du poisson et des calamars. On peut le rencontrer dans les eaux de l’Antarctique pendant l’été. Il reste à proximité de la banquise pendant l’hiver.
  • Albatros hurleur : l’albatros hurleur (le plus grand de tous) possède l’envergure la plus grande de tous les oiseaux, mesurant jusqu’à 3,3 m. Il se reproduit sur les îles antarctiques et subantarctiques.
  • Pipit antarctique : ce passereau, qui niche sur l’archipel de Géorgie du Sud, au large de la péninsule antarctique, a été chassé du continent par les rats.
  • Chionis blanc : cet oiseau vole très bien quand il est en migration mais il préfère vivre sur le sol. C’est aussi le seul oiseau terrestre natif de l’Antarctique.
  • Sterne couronnée : La sterne couronnée se reproduit au large des côtes de l’Antarctique et sur plusieurs îles sub-antarctiques. Elle ressemble à la sterne arctique.

Comment les animaux résistent-ils au froid de l’Antarctique ?

L’Antarctique est une preuve que des animaux variés peuvent se développer dans les environnements les plus rudes et les plus capricieux. Avec une température hivernale moyenne de -60 °C et un record de -89 °C enregistré le 21 juillet 1983, l’Antarctique est on ne peut plus froid. Sa taille double presque durant les mois d’hiver, entre février et octobre, quand la glace se forme le long des côtes. Mais les animaux qui y vivent sont plus que capables de se débrouiller, parce qu’ils se sont adaptés physiquement aux conditions rudes de leur habitat.

De nombreux animaux ont développé un bon moyen de s’isoler du froid soit en superposant les couches de plumes, soit en se constituant une épaisse couche de graisse. Ils ont aussi tendance à être plus arrondis, avec des extrémités minuscules qui sont moins exposées au froid. Certains animaux, tels les manchots, se blottissent les uns contre les autres pour conserver leur chaleur et se protéger. Mais le froid n’est pas leur seule préoccupation. Des morceaux géants de glace flottante se détachent et font monter le niveau de la mer. Même si la banquise entourant l’Antarctique a contredit la tendance à la perte de glace avec une altitude record en 2014, le changement climatique continue à inquiéter les écologistes.

0 commentaires
Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *