Vaccination du lapin nain

Vaccination du lapin nain

La vaccination est très conseillée, même chez les lapins nains qui ne sortent pas. En effet, les moustiques et les puces porteurs de virus comme la myxomatose peuvent pénétrer dans votre intérieur. Votre lapin nain peut aussi contracter la RHD par l’intermédiaire d’herbes souillées, prélevées à la campagne, voire avec le foin acheté dans le commerce. La vaccination du lapin nain est obligatoire uniquement lorsque vous voyager à l’étranger avec lui.

Comment vacciner un lapin nain ?

La vaccination du lapin nain peut s’effectuer dès l’âge de 5 à 6 semaines. Pour une meilleure protection, il est préférable de commencer la vaccination avant l’entrée en activité des insectes piqueurs (vers février / mars). Il existe un vaccin combiné (Nobivac Myxo-RHD) contre la myxomatose et le virus VHDV1, à administrer une fois par an. Toutefois, ce vaccin ne protège pas contre la nouvelle variante du VHD. Certains vétérinaires conseillent de lui associer trois semaines plus tard, un autre vaccin spécifique (Filavac VHD K C+V).

Le vaccin contre la myxomatose chez le lapin nain

La myxomatose maladie virale est transmise par contact direct et par piqûre de moustiques ou de puces. Elle se manifeste par l’apparition de nodules sur l’ensemble du corps, un gonflement des paupières et de la zone génitale. Elle peut aussi prendre une forme respiratoire et évoluer en pneumonie. Le traitement est difficile et uniquement symptomatique : antibiothérapie, anti-inflammatoire, gavage et hydratation.

Vaccin contre la maladie hémorragique virale du lapin nain (VHD ou RHD)

Cette affection se transmet par l’intermédiaire du fourrage ou des végétaux ayant été au contact des crottes, urines ou sécrétions nasales d’animaux maladies. Le virus, dont il existe deux variantes, est très résistant dans le milieu extérieur (quatre mois). Il provoque de multiples hémorragies internes et la mort subite du lapin. Parfois, une hyperthermie importante, des problèmes respiratoires ou des saignements au niveau du nez ou de l’anus sont observés. Il n’existe aucun traitement car la maladie évolue souvent de façon fulgurante.

0 commentaires
Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *