Chats et chatons

Les chats : histoire, conseils et informations

Avec plus de 13 millions de félins présents dans les familles françaises, cet animal de compagnie est le chouchou numéro 1 devant tous les autres animaux.

De nombreuses raisons expliquent ce regain de popularité des chats : ils savent s'adapter à toutes les situations et s'accommodent parfaitement du mode de vie moderne. Propre et tranquille, il est, de loin, l'animal domestique le plus indépendant. Il sait s'occuper tout seul et vous n'aurez donc pas à le promener autour du pâté de maison par tous les temps en rentrant du travail.

Avec son caractère affectueux et très joueur, il est un chasseur dans l'âme et territorial. C'est un animal carnivore qui est disposé à voir tout ce qui se passe la nuit : ils possèdent une vision nocturne innée. En effet, le chat que nous avons dans nos foyers aime principalement dormir dans des endroits confortables qu'il aura pris le temps de choisir.

Ce sont des animaux tendres et affectueux, commencent également à être appréciés pour leurs vertus thérapeutiques. Le caresser pendant quelques minutes ou même l'entendre ronronner aide l'homme stressé à se détendre et regarder un chat s'étirer de tout son long en miaulant d'aise peut lui permettre d'oublier ses soucis !

Les félins possèdent une grâce, une élégance et un sang-froid qui les rendent fascinants. Léonard de Vinci avait surnommé le chat le &laqou; hef-d'oeuvre de la Nature» et on comprend facilement pourquoi. Qu'il soit assis ou allongé, qu'il chasse ou fasse sa toilette, son corps souple et agile semble toujours prendre la pose. En avoir un chez soi, c'est avoir une sculpture vivante.

Si, à la maison, votre animal se satisfait pleinement de paresser au coin du feu en attendant que vous le dorlotiez, il devient, dès qu'il franchit le seuil, un chasseur solitaire farouchement indépendant. Il ne faut pas oublier qu'ils sont domestiqués qu'en surface mais restent au plus profond d'eux-mêmes des animaux sauvages.

Ce mélange harmonieux fascine les amateurs de félins qui leur pardonnent volontiers leurs petits écarts de conduite, griffures sur les meubles et combats nocturnes, parfois bruyants, entre autres.

L'histoire du chat

L'histoire d'amour entre l'homme et le chat remonte à plus de 4000 ans, et comme toute histoire d'amour, elle a connu des hauts et des bas. Il a tour à tour été révéré comme une divinité, assimilé et pourchassé comme suppôt de Satan et chéri comme gardien du foyer. Il semble que le nouveau millénaire ait définitivement scellé l'alliance entre l'homme et le chat.

Le chat domestique tel que nous le connaissons et l'aimons descend en droite ligne du félin sauvage africain qui vivait surtout en Afrique du Nord. On pense qu'il a été domestiqué par les Egyptiens quelque 2000 ans avant J.-C. Les chats auraient été attirés par les rongeurs qui infestaient les réserves de grain bordant le Nil. Ils furent progressivement adoptés par les Egyptiens qui appréciaient leur efficacité à chasser rats, souris et serpents venimeux.

Les Egyptiens les admiraient aussi pour leur grâce et leur autonomie et ces derniers accédèrent rapidement au statut de divinité. Lorsqu'un félin mourait, il était embaumé et momifié puis placé dans un caveau spécial.

Tuer un félin, même par accident, était puni de mort. Contrairement au chien, c' est l'animal domestique qui a réussi à se faire aimer et respecter par l'homme sans fournir d'efforts particuliers.

Il peut-être à l'aise autant en appartement qu'en maison

Ils peuvent vivre aussi bien en appartement qu'en maison, mais il faut veiller à ce qu'il puisse avoir assez d'espace pour jouer et d'interactivité pour garder son instinct de chasse (jeux d'agilité par exemple), et ce même si votre chat vit à l'extérieur. Il est également conseillé de lui donner de l'herbe a chat car elle offre des vertus digestives et l'aide à se purger lorsqu'il n'a pas accès à l'extérieur.

Mais sont-ils réellement des animaux domestiques ? Leur indépendance, leur caractère bien trempé et le détachement de façade qu'ils affichent parfois envers leur maître laissent planer le doute. À tel point que certains scientifiques estiment que leur domestication ne serait que partielle. Nous aurions donc de petites panthères à la maison ? Ce ne sont pas leurs propriétaires qui diront le contraire !

Quel chat choisir ?

Si vous êtes absent de la maison toute la journée, mieux vaut acquérir un félin adulte qui sera plus placide et affectueux qu'un jeune animal. Si vous prenez le temps de jouer avec lui, il restera un compagnon actif jusqu'à un âge avancé.

Vous devrez enseigner à vos enfants le respect des animaux car s'il se sent menacé, il se défendra à coups de griffes et de dents. Toutefois, un félin adulte sait mieux éviter les conflits qu'un chaton.

Mâle ou une femelle ?

S'ils sont castrés, il n'existe aucune différence notable entre les tempéraments mâles ou femelles. Ils sont tous deux des compagnons agréables et affectueux !

Choisir un chat de gouttière de race ?

La majeure partie des chats domestiques appartient à la catégorie des « sans pedigree ». Leurs robes et leurs couleurs possèdent une multitude de nuances. Parfois moins racés que les ceux à pedigree, ils n'en possèdent pas moins beaucoup de charme. Il faut savoir que les chats de gouttière ont tendance à être moins timorés et à vivre plus longtemps que les ceux de race.

Les chats de race

Les chats de race sont bien sûr des animaux de toute beauté. Chaque lignée possède son propre tempérament et sa propre personnalité. Aussi est-il utile de connaître les spécificités des différentes races afin de choisir un animal qui correspond à son mode de vie.

Les siamois, par exemple, sont très sociables et pleins de tonus : ils ne conviennent donc pas aux personnes travaillant à l'extérieur toute la journée. Les persans, par contre, sont plus tranquilles et s'accomodent parfaitement de la vie en appartement (gardez quand même à l'esprit que leur long pelage a régulièremnt besoin d'être brossé). Les birmans sont également des chats aux moeurs paisbles, particulièrement affectueux avec les enfants.

Les sens du chat

Les organes des sens, très développés, lui permettent de chasser la nuit. Ils sont en fait si aiguisés qu'on a souvent prêté des pouvoirs surnaturels. On ne compte plus les histoires de chats ayant prédits des tremblements de terre, des tempêtes ou autres catastrophes naturelles. L'explication la plus probable est qu'il est capable de percevoir des sons et des vibrations que l'oreille humaine ne peut entendre.

  • L'ouïe : il a une ouïe bien supérieure à celle de l'homme et même à celle du chien. Chaque oreille possède une vingtaine de muscles lui permettant de pivoter indépendamment. Il peut ainsi déterminer avec précision d'où vient le bruit et sa proximité.
  • La vue : contrairement à la croyance populaire, il ne voit pas dans le noir. Il voit tout de même beaucoup mieux que l'homme dans la pénombre. Ses grands yeux bien assis sur le devant de la tête lui donnent un vaste angle de vue : son champ de vision est de 187° contre 125° chez l'homme. Ses pupilles réagissent immédiatement au moindre changement de lumière ambiante, se contractant en une fente étroite par forte luminosité et se dilatant en cercles parfaits lorsqu'il fait sombre.
  • L'odorat : son odorat est quatorze fois plus développé que celui de l'homme. Ceci explique pourquoi il boude sa pâtée quand on y mélange des médicaments !
  • La langue : la surface de la langue d'un chat est recouverte de minuscules papilles abrasives qui lui servent à détacher de la viande d'un os et à retirer les poils morts lors de sa toilette. Il peut aussi recourber sa langue en cuillère pour laper les liquides.
  • Les dents : sa mâchoire compte trente dents prévues pour manger de la viande : les quatre grandes canines servent à maintenir et tuer la proie, les douze incisives à ronger et les quatorze molaires qui agissent comme des ciseaux, à découper la viande en menus morceaux.
  • Les moustaches : il possède une douzaine de longs poils sous le museau de chaque côté en guise de moustaches, et quelques-uns au-dessus des yeux. Ces poils ont une terminaison nerveuse qui le fait réagir au plus infime contact.