Poissons tropicaux : les bonnes associations

Si vous êtes débutant, contentez-vous d’espèces faciles, résistantes et peu agressives. Toutes ne sont évidemment pas compatibles et nous ne pouvons ici en faire un catalogue complet.

Mais nous allons voir quelles espèces sont les plus conseillées pour peupler un aquarium tropical.

Choisir des espèces solides et pacifiques

Quand on commence à peupler son aquarium, il est toujours préférable de choisir pour les premiers arrivages, les espèces plus solides et les plus pacifiques et de réserver celles au comportement plus incertain pour la dernière livraison.

La territorialité ou l’agressivité d’un poisson s’exprime davantage dans un milieu qu’il connait bien, où il s’est octroyé un espace qu’il défend contre les intrus.

Une espèce à tendance hargneuse pourra laisser ses compagnons d’aquarium tranquilles si ceux-ci sont arrivés avant elle, tandis qu’elle les attaquera immédiatement si elle a déjà pris ses marques dans l’aquarium.

Le cas le plus emblématique est évidemment celui du scalaire et des néons bleus.

Lorsque les jolis petits tétras bleus sont déjà dans l’aquarium et que l’on introduit un scalaire pas trop imposant, tout se passe en général bien.

A l’opposé, si l’on tente d’acclimater des néons dans un bac contenant un scalaire, même pas très gros, ils seront aussitôt transformés en casse-croûte !

Les espèces résistantes sont moins sujettes au stress et donc aux maladies. Lorsqu’on commence à peupler un aquarium, l’équilibre biologique est fragile. Or même avec quelques précautions, il n’est jamais certain qu’une légère poussée de pollution par les nitrites toxiques n’aura pas lieu.

Même si cette poussée est faible et ne tue pas les poissons directement, elle entraîne un affaiblissement de leurs défenses naturelles. Pour les poissons fragiles, cela peut suffire à induire le démarrage d’une pathologie (bactérie ou champignon notamment).

Les poissons recommandés pour les premiers arrivages

Plusieurs espèces de poissons sont conseillées pour peupler le premier arrivage comme :

  • Danio rerio
  • Veuve noire
  • Rasbora arlequin
  • Rasbora à queue rouge
  • Platy
  • Guppy
  • Cardinal
Certains sont également à bannir au début, comme le néon bleu, le cardinalis, le tétra nez rouge ou le botia clown. Ces espèces sont très sensibles à la qualité de l’eau et développent des maladies en réaction.

poisson guppy

La hauteur de nage

Le choix des espèces de poissons relève en premier lieu de vos goûts et de vos envies. Toutefois, il faudra penser à introduire des poissons dont la hauteur de nage est différente, sinon, seule une partie de l’aquarium sera animée.

En effet, tous les poissons ne vivent pas dans l’eau à la même profondeur : certains préfèrent vivre en surface alors que d’autres bougent très peu et préfèrent rester au fond, tandis que d’autres évoluent à mi-eau.

Comment connaître la hauteur de nage d’un poisson ?

Pour connaître la hauteur de nage d’un poisson, il suffit de regarder la forme de la bouche.

Lorsqu’elle est orientée vers le haut, cela signale presque à coup sûr un poisson de surface type guppy, platy, molly, combattant, gourami, colisa, danio, etc…

Lorsque la bouche est orientée vers le bas, il s’agit d’un poisson habitué du fond : coryodoras, loches, labéo, ancistrus…

Les poissons de mi-eau ont en général la bouche droite, avec l’ouverture sur le devant : néons et tous les tétras, rasboras, veuve… Pour obtenir une belle harmonie dans votre aquarium, pensez donc à mélanger les types de bouches !

Les poissons « nettoyeurs »

Pour aider à maintenir l’aquarium propre, on sollicite souvent le concours de poissons appropriés souvent appelés poissons nettoyeurs, que l’on affuble de différents sobriquets, tels que &laquo, lèche-vitres » ! Comme s’il existait des vitres à nettoyer dans les rivières du Brésil ou de Thaïlande ! Ces espèces se révèlent de précieux auxiliaires avec deux spécialisations :

  • Le nettoyage du sol : les espèces concernées passent leur temps à fouiller le sol à la recherche de nourriture. Elles sont donc utiles pour récupérer ce que les autres n’ont pas avaldé. Totuefois, il faut être sûr que ce qu’ils trouvent est suffisant, sinon, il sera nécessaire de les alimenter spécifiquemnt. Le plus connus sont les Corydoras et les Botia.
  • La consommation des algues : ces dernières étant de véritables pestes pour l’aquariophile, il est très important que des poissons se délectent de certaines d’entre elles. Les plus cotés sont les Ancistrus, les Otocinclus, les Peckoltia et l’épalzéo du Siam.

Les invertébrés

Depuis quelques temps, on constate un engouement croissant pour les escargots, les écrevisses, les crabes et les crevettes.

Certains invertébrés peuvent tenir le rôle d’agents nettoyeurs, en particulier les escargots et les crevettes.

Mais ces animaux sont très sensibles à la qualité de l’eau : cuivre et autres métaux (y compris le fer des engrais), nitrates, médicaments, etc… causent souvent leur mort.

Les poissons peuvent s’en repaître ou les gêner (c’est le cas des crevettes colorées) ou bien ce sont eux qui s’en prennent aux poissons (écrevisses ou crevettes du genre Macrobrachium, par exemple).

Certains escargots ont un taux de fécondités phénoménal (les planorbes par exemple) ou bien dévorent les plantes, tout comme les crabes, qui ne sont pas vraiment des animaux aquatiques dans leur majorité.

Les invertébrés sont de potentiels animateurs de l’aquarium et participent à son entretien, mais il faut demeurer prudent lors de leur acquisition et ne pas hésiter à collecter des informations préalables.

Aucune discussion Écrire un commentaire
Écrire un avis ou un conseil
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annuler